Translate

mardi 24 septembre 2013

Jean-François Coen

C’est un des rares auteurs compositeurs français qui me touche depuis des années et dont je regrette la discrétion. Depuis Gainsbourg, très peu de musiciens se colle aux paroles en français avec autant de poésie, de sens dans les mots crus ou délicats, interprétés avec sensualité. Jean-François Coen écrit avec cette élégance dès 1988 pour le duo Luna Parker, connu pour son tube Tes états d’âme Eric en lui confiant le morceau La Tour de Londres que l’auteur remet à son goût sur son opus La Tour de Pise dix ans plus tard. Entre Pise et Londres il y a Oran où il nait, puis Paris où il vit depuis qu’il a 6 ans, où il apprend la musique au Conservatoire. A peine âgé de 20 ans, il signe son premier disque en 1979 en tant que bassiste au sein du groupe post punk Modern Guy qui sera enregistré à New-York et produit par John Cale. Voilà, on est en 1981 à Paris, il y a Eli et Jacno, Lilidrop et son fabuleux Sur ma Mob, Taxi Girl, et Jean-François Coen qui déploie ses ailes en jouant de la basse pour Juliette et les Indépendants et Mirwais, groupe de Mirwais Stass guitariste de Taxi Girl mais aussi de Madonna.


 

Fan des Beatles, Pink Floyd et Jimi Hendrix, Jean-François Coen artiste complet et fidèle en amitié, signe son premier album solo Tour de Pise en 1993, dédié à son ami disparu Guillaume Israel, le chanteur de Modern Guy. Avec lui, ses amis Yahn Lecker, guitariste, membre de Modern Guy et Hervé Zenouda batteur du groupe Stinky Toys prennent part à l’aventure que Jean-François Coen souhaite produit seul et à sa manière. Cet amoureux de cinéma fait un clin d’oeil au Mépris de Godard sur son titre Camille et de façon avant-gardiste, se lie in fine au 7ème art en demandant à son autre ami réalisateur Michel Gondry (Eternal Sunshine of the Spotless Mind, L'Écume des jours) de faire la vidéo de La Tour de Pise. Le clip depuis est devenu un modèle, une référence pour les amateurs de pop indépendante et la mélodie de Coen, son texte cinématographique lumineux constituent un des titres majeurs des années 90. 


Toute la musicalité, la volupté poétique et l’art de la composition de monsieur Coen sont de retour en 2004 sur l’album au nom évocateur Vive l’amour. Les 11 titres tous magnifiques, sont parsemés d’humour et d’images, de métaphores détonnantes qui transforment les mots en butin. Album amoureux, le talent d’écriture s’inscrit aussi dans le mordant de Ulysse & Penelope, superbe duo avec Salomé Califano ou encore Calamity Jane, colorés de références. Toujours entouré de ses proches, Stan Cuesta à l’origine de Casse toi, le titre Photogénique, émouvant et frissonnant écrit par Guillaume est joué à la guitare par Peter Leonard déjà présent sur Tour de Pise et dont la fille Léa compte parmi les choeurs. Vive l’amour est à l’image de Jean-François Coen, touchant et chaleureux, de la présence des amis, des sentiments entre les lignes, de sa voix ennivrante et de tous les instruments qu’il joue et arrange. 
  Créatif, Jean-François Coen offre des instrumentations pop précieuses, des guitares chavirantes, des synthétiseurs épiques, des rimes acidulées et romantiques. Vive l’amour, passionnant et absorbant n’a depuis pas été suivi par d’autres signatures, hormis sa participation à la BO de No"I" in Team de Shaun Severi en 2011 et l’année dernière le titre Trois Jours en écoute sur bandcamp. En 2008, il reprend avec classe le titre Bleu comme toi pour l’album collectif de reprises d’Etienne Daho, Tombés pour la France où apparaissent Arnold Turboust, Doriand, Daniel Darc, Sébastien Tellier et Jacno. Ecouter de nouvelles chansons serait un sacré cadeau et me laisse gredinement rêveuse, idem à l’écoute des anciens titres comme Calamity Jane qui me donne envie de saisir chapeau et colt. Les chansons de Jean-François Coen ne prennent pas une ride et forment une pierre angulaire dans le paysage de la french pop. JFCoenBandcamp