Translate

lundi 12 août 2013

The Bicycles

Mis en place au début des années 2000, les cinq canadiens de The Bicycles font resplendir une pop sunshine au travers de leurs albums et de manière constante sur les scènes internationales. Constitué de Andrew Scott qui est multi-instrumentiste, des deux guitaristes Matt Beckett et Drew Smith, de la batteuse Dana Snell et du bassiste Randy Lee, le groupe est à l’unisson pour les voix et les compositions. Les harmonies pop et efficacement stylées sixties apparaissent dès 2002 quand les Bicycles se produisent sur scène avec notamment The Boy Least Likely To. Le passage en studio qui suit offrira leur opus de 2006, The Good The Bad and The Cuddly, album grandiose chamber pop dans la veine des Kinks et des Monkees avec des arrangements néanmoins actuels aux accents de Belle and Sebastian, Camera Obscura et Apples in Stereo. En 2008, Randy Lee quitte le groupe qui peaufine son second album, Oh No It's Love, avec 19 titres parfaits. Ce coup de maitre formé de courtes mélopées de 2 minutes est éclatant. Les textes joyeux et lyriques sont rythmés, riches de références; Déjà, l’intérêt pour la France du quintet de Toronto se notait sur l’opus avec Paris Be Mine, et de nouveau réapparait sur Oh No It's Love avec le titre Won't She Be Surprised orné de trompette, saxophone et de claviers champêtres : "Won't she be surprised, Let's make our date this Christmas in Paris, Won't she be surprised when the clock strikes midnight And I've traveled a million miles only for a new year's kiss"
L’instrumentation fleurie de flûte, harmonica, piano, trompette, clarinette, saxophone, violon, harpe est incroyable. Les guitares et les voix se marient somptueusement et les tempos, bluesy, pop, disco font tournoyer les mélodies audacieuses. En 2009, le groupe initial se reforme avec le retour de Lee et travaille l’année 2012 sur le troisième album  Stop Thinking So Much sorti en mars 2013. Garni de psychédélisme raffiné, de folk sensuel, de partitions pop contemporaines influencées par la country, le 12 titres contient 12 pépites. Pour les amoureux d’indie-pop, ce troisième bijou des Bicycles propose des tubes généreux qui s’alignent élégamment et tracent leurs sillons en collant à la peau. Ample avec un charme rétro à la Lee Hazelwood, les balades de Stop Thinking So Much font danser les guitares et banjos, swinguer le groove disco sur Bandana Cat, la courtoise âme sixties sur Goldeneye et bubblegum sur Baby Boy. Dotés d’un don formidable pour la composition, l’écriture et l’orchestration, The Bicycles est actuellement le groupe phare du genre sunshine pop et ravira tout genre d’oreille, aguerrie ou pas. TheBicycles