Translate

jeudi 4 avril 2013

The Madd

Voici un groupe que j'ai passé dans mon émission de radio l'année dernière. Je vois que la mayonnaise ne prend pas vraiment car aucun site ou blog français n'en parle et pourtant...
Les Madd sont un grand groupe. Les amoureux du rock garage, du rockabilly, du mouvement Mods devraient y trouver leur compte.
Ces quatre garçons dans le vent, de la ville de Rotterdam, Dave Von Raven pour le chant et guitare, Richard Bouguet, le frenchy à la basse, Marty Graveyard le batteur et De Schuinsmarcheerder à l'orgue font des concerts et jouent partout dans le Nord de l'Europe.
Ils ont raison de garder la passion car ils ont un sacré disque à faire découvrir et ils sont doués sur scène. La combinaison en fait un des meilleurs groupes garage du moment.
Dès la parution en 2006 de leur premier ep Are left Behind, j'étais scotchée et mordue. Les orgues et claviers délurés, psychés, jouaient un antipasti rock des plus alléchants . Les guitares exitées, provocatrices et les clap-hands d'humeur généreuse de I'm Gone annonçait déjà un plat de résistance de haute teneur.

Enfin, l'opus Ongeneeslijk Beat sort en 2007 signé chez Excelsior Recordings avec en avant-garde le single Jump Now, le titre d'ouverture de l'album. Dès les 40 premieres secondes d'écoute, les hollandais psychédéliques balancent le son Madd sans scrupules, sans retenue. La suite est de la même envergure. Les chansons sont toutes élancées et honorent les grands groupes des sixties comme Love, Kinks, Barons, Count Five, Small Faces, Archies etc. Le cd contient de véritables perles: I saw Abba avec les choeurs qui entonnent des Yeah enervés, les riffs saturés des guitares de Come on, avec les cordes taquinant le tambourin pour laisser entrer la flûte arrogante. La ballade Sad Boy, authentique et convaincante alterne avec le suivant I want you, need you, love you débordante d'énergie satanique, obsessionnelle qui laisse entrevoir que le chenapan Sad Boy a plus d'une idée en tête pour reconquérir sa belle.
Le groupe passe en Angleterre, Allemagne et Suisse. Reste à croiser les doigts pour une venue dans l'hexagone, et si tel n'est pas le cas, la consolation est totale avec leur album. En bonus, le dernier titre Je suis parti est chanté en français, diaboliquement bon!
themadd