Translate

jeudi 18 avril 2013

Pond

Pond est un groupe de rock psychédélique formé en 2008 que j’ai découvert au travers de leur excellent album Beard, Wives, Denim sorti en 2012 mais enregistré dès 2010 en 15 jours dans une ferme à Eagle Bay, Australie (photo de la pochette disque). Pond, Nick Allbrook, Jay Watson, Joseph Ryan, Jamie Terry, Kevin Parker et Cam Avery accompagnés d’une clique d’amis en studio, ont signé trois albums en 2009 et 2010 : Psychedelic Mango, Corridors of Blissterday et Frond. A cette époque Nick, Jay et Kevin Parker qui est membre de Pond à ses débuts, vivent aussi un succès retentissant avec leur autre groupe Tame Impala. Kevin Parker qui l’a fondé et le conduit se consacre depuis à Tame Impala, ses amis musiciens continuent l’aventure Pond en parallèle et bonne entente. C’est Nick, Jay et Joseph qui composent l’essentiel et leur dynamisme pop psychédélique commun offre des mélopées efficaces et rodées. Excellents techniciens en studio, ils gardent une fraicheur dans les compositions et une énergie incroyable de showmen sur scène. Leur collaboration dans l’écriture croise celle présente dans l’interprétation, créant des choeurs joviaux et une ambiance kaleidoscopique et euphorique. Les titres de Beard, Wives, Denim sont à l’image des signatures de Pond, variées et fleuries de sonorités qui marche aux quatre vents rock, pop, funk et psychédélisme.


  
Le disque commence avec l’explosif Fantastic Explosion of Time, titre qui pose d’emblée le décor et l’ambiance qui nous ramène aux Who, à Of Montréal grâce à l’écriture de Jay Watson et Nick Allbrook qui s’en donne à coeur joie au chant. Les guitares de Jay et de Joseph sont grisantes et même la basse qu’assure Jamie Terry et parfois Joseph est royale. When It Explodes poursuit l’aventure psyché avec les claviers et la batterie dévergondée de Kevin Parker. Le funk et le groove font leur entrée sur Elegant Design écrite par Jay qui est au chant avec Nick. La prouesse des trois compères Nick, Jay et Joseph qui sont tous trois guitaristes, bassistes et batteurs continue avec la géniale balade pop psyché Sorry I Was Under the Sky et la brulante, rock’n roll Sun and Sea and You. Puis Allergies qui à mes oreilles se pose en pièce maitresse au milieu de l’album avec le chant envoûtant de Jay est délicieusement alternative. Les sept titres qui suivent sont somptueux. You broke my cool, magistral, chanson signée Nick Allbrook qu’il interprète avec sa voix intraséquement psychédélique appuyée par les claviers qui balancent des notes fantastiques est suivi par Moth Wings, simplement splendide. Vient la rythmique endiablée de Leisure Pony, galopante et terrifiante de tempérament. Mystery au chant Pink-floydien sème une sensualité sixties hallucinante qui pousserait à la contemplation mystique mais pas morale. Dig Brother, dans la même veine fabuleuse, pop et dansante, signée cette fois de Joseph, est là aussi un des chefs d’oeuvre de l’album et confirme que le trio de musiciens compositeurs est un trio brillant. 


La qualité mélodique et l’originalité superbement exécutée des arrangements se retrouvent dans le grandiose Eye Pattern Blindness et le touchant Moreno's Blend qui boucle l’écoute sous la douche avec humour et esprit. Il est évident qu’il y a un retour du psychédélisme actuellement dans le travail des groupes pop et rock mais en ce qui concerne Pond, ils ne tombent pas dans le revival ou l’inspiration basique, ils transportent une âme de la fin sixties, ils sont habités par le psychédélisme et se sont clairement trompés d’époque. Beard, Wives, Denim est tellement admirable et indomptable qu’il fait partie pour moi des meilleurs albums de la décennie. Jetez-vous sur Pond ! Pond