Translate

dimanche 14 avril 2013

Hospitality

Hospitality se fait connaître dès 2008 avec un EP qui séduit les sites spécialisés d’indie-pop et les radio new-yorkaises. Le trio de Brooklyn composé de la chanteuse, pianiste, guitariste et auteur - compositeur Amber Papini, du bassiste Brian Betancourt et de Nathan Michel qui est batteur au sein du groupe mais aussi multi-instrumentiste avec quatre albums en solo à son actif dans la veine pop expérimentale (ABC Def, Dear Bicycle, Trebly, The Beast), revient signer chez Merge Records en 2012 un sublime album éponyme. Les dix titres de Hospitality nous emmènent dans New-York et nous invitent à découvrir les expériences, les rencontres, les sentiments que vit et éprouve une jeune artiste dans la Big Apple. Les mélodies pop m’évoquent Camera Obscura tout en étant griffées d’un style bien personnel et original. J’écoute l’album de Hospitality depuis plusieurs mois et non seulement je ne m’en lasse pas, mais surtout je l’apprécie davantage à chaque écoute. 


Les titres signés d’Amber Papini sont très mélodieux, chantés avec délicatesse et une simplicité touchante, attachante. Car au fil des écoutes, les ritournelles intemporelles et lancinantes en deviennent des mélopées solidement mémorables et des valeurs sûres dans l’univers de la pop. Les arrangements sont élégants, avec à la production la présence de Shane Stoneback qui travaille avec Sleigh Bells et Vampire Weekend et la participation de l’excellent Nathan Michel à la guitare, piano et batterie. Comme je n’aime pas coller des étiquettes et que dans le cas des Hospitality, suffisamment inspirés et brillants pour explorer tous les genres musicaux, je dirais qu’ils offrent une pop accrocheuse et dansante, avec des accents rock, jazz, twee et power-pop. Je suis touchée par ce trio qui, fan des Clash et de New Order, a partagé l’affiche avec Stereolab et je vous invite à le découvrir, au mieux à vous procurer l'album. Hospitality