Translate

vendredi 8 mars 2013

Folks

Folks est le nom de musicien de François Gauer que j’ai découvert très récemment lors d’un de ses concerts. Le nom Folks, judicieux, va comme un gant au style musical qu’offre l’artiste et correspond aussi aux textes. Auteur-compositeur basé à Paris, François compose des chansons qui résonnent parfois pop-folk et parfois chamber-pop avec des arrangements délicats et finement accomplis de violons et de cuivres. Le thème «folks» se retrouve aussi dans les textes que François maitrise avec une poésie métaphorique incroyable, intimiste et touchante et dans lesquels on se retrouve. L’émotion gagne par les mélodies riches de mélancolie raffinée, des textes désarmants de pudeur, toujours subtils. Folks sort son premier album French songs 1, 2, 3 cette année, un fort bel album proposant un cd de titres en français et un autre en anglais avec la collaboration de l’excellent multi-instrumentaliste et arrangeur Nicolas Boscovic. Leur complicité et leur osmose se retrouve dans l’album superbement travaillé, formant bien son unité et son homogénéité. La partie française, French songs, commence par Comme un requin que Folks a joué en opus au concert, absorbant. Suivent Ta mèche, harmonieux dans les tonalités et les métaphores, Baisser les bras dont l’intimité des textes glisse sur les cordes délicatement pincées et A la maison où l’instrumentation aérienne, voltige et donne un caractère lumineux, maintenu de manière poignante sur La grâce. Folks  nourrit de son esprit et de sa verve Quatre par trois, dernier titre du volet français, qui règle élégamment ses comptes avec du mordant dans les mots et dans son jeu à la guitare, rythmé et saisissant. Les chansons en anglais sur le cd 1, 2, 3 sont toutes aussi resplendissantes, ornées de flûtes, violons, batterie, de guitares et basse. Les textes rodés et dorés de la langue de shakespeare sont joués dans la veine d’Elliott Smith en se mariant à la voix de François Gauer cristalline et dotée d'un accent parfait. Les balades 1, 2, 3, puis Horses on a shore et Electroshit aux allures bossa orchestrées avec classe sont suivi de Burden, où les arrangements de cordes sont sidérants de finesse. Not the man et One of those guys nous emmènent dans l’intimité de son auteur avec de l’accordéon, du violoncelle ; Puis on se sent bercé par les astres avec les mots, la guitare, le piano espiègles sur Bossanova et Our car at night. Le spectre de Nick Drake vient planer sur Lullaby et sur To die at 27 qui boucle l’écoute et referme le coffre aux trésors. Le double album French Songs - 1,2,3 de Folks est une ribambelle de sonorités fleuries de mélodies et de textes émouvants que le bouillant et révolté François Gauer dégaine avec brio et, c'est évident, une réelle âme d'artiste. 
Accompagné sur scène de Raphael Chevalier-Duflot, magique à la batterie, et de Sébastien Pasquet à la basse (dont le projet solo Tristen, délicieusement mélodique, où son chant poignant porte des textes pertinants de beauté est à découvrir absolument! ), Folks offre une série de titres enregistrés entre eux trois, parsemés de rythmiques et guitares rock, en écoute là : FolksYou