Translate

dimanche 3 février 2013

Citizen Helene

Citizen Helene, alias Helene Bradley qui se produit sur scène jouant ses mélopées en public depuis 2009 avec son groupe The Racists, présente son projet désormais en solo. L’artiste anglaise qui vit à Londres et dont la voix de velours est comparée à celle de Karen Carpenter et Joni Mitchell, est un auteur compositeur de grand talent. Passionnée par la musique quand elle est jeune adolescente, elle obtient sa première guitare électrique à 13 ans et avec la complicité de son frère vendeur dans un magasin de disques, elle découvre tôt les Beach Boys qui sont les meilleurs à ses yeux, Bob Dylan et les Beatles. Ces influences se glissent inévitablement dans ses chansons, dont les sonorités sixties dans les choeurs griffés Brian Wilson, n’enlèvent rien à son style contemporain et cosmopolite. Le mérite et le charisme de Citizen Helene réside dans sa façon d’écrire et d’interpréter. Son ton est toujours en retenue, avec une sensualité et une discretion qui font penser à Nico et un chant juste et soyeux. Elle enregistre un EP éponyme en 2011, assurant guitare et voix, accompagnée de Sam Carter à la guitare (récompensé par la BBC comme meilleur guitariste folk), Ed Grimshaw à la batterie, Jeremy Radway à la basse et l’Elysian Quartet qui avec des arrangements de la patte de Sarah Scutt, intervient sur Stephen Fry. Les textes un peu mélancoliques ou tristes comme Sunday Morning Light, écrit le lendemain des funérailles de sa grand-mère, sont délicatement touchants sans être vulgairement larmoyants. La poésie est présente aussi de façon originale dans les mots et dans l’orchestration baroque pop, les harmonies folk jazz doucement psychédéliques sur PS I Don’t Love You et Til Tomorrow. Ayant déjà joué au Pop In à Paris en 2010, Citizen Helene a une besace pleine de superbes chansons qu’elle continue de jouer en live avec succès partout en Europe avec d’autres artistes comme Mary Epworth, les High Llamas, Ed Harcourt etc. Elle avoue dans une interview qu’elle aimerait faire les reprises The Look of Love de Burt Bacharach et Wichita Lineman de Jimmy Webb. Avec un goût aussi classe et prononcé, on peut s’attendre à un album des plus brillants. En attendant cet EP de Citizen Helene est à découvrir via son bandcamp. CitizenHelen