Translate

mercredi 16 janvier 2013

Tomten

Depuis un bon moment, Tomten m’accompagne partout, parce que son disque Wednesday's Children sorti en juin 2012 est à mon avis, une des meilleurs productions de l’année passée. Tant au niveau de l’écriture, avec ses paroles sucrées, qu’à l’interprétation qui est digne de Love, BlueBoy, Lloyd Cole et dans l’instrumentation avec les guitares rétro, l’orgue et les clarinettes, d’Essex Green et du Velvet Underground. Un brin psychédélique, les morceaux comportent des mélodies portées parfois par simplement la voix, une guitare et un clavier et qui se dévoilent être in fine, des chansons intemporelles magistrales. Tomten sont quatre amis de la même école d’arts de Seattle qui commence leur charmante coopération en avril 2012 avec l’EP Ta Ta Dana. Ils se rencontrent en 2010 et c’est autour du maestro Brian Noyeswatkins qui compose, chante, joue guitare et clavier, que gravitent les trois autres sublimes musiciens : Lena Simon à la clarinette, basse et chant qui signe le titre So so so, Gregg Belisle-Chi à la guitare et chant, Jake Brady à la batterie. Les compositions aux sonorités rétro sixties de Brian Noyeswatkins sont aussi modernes, alternatives, frappées d’une pop scintillante et accrocheuse absolue. Sa voix charismatique porte avec beaucoup de tenue, de charme et d’élégance ses titres tout aussi percutants. Les harmonies pop que le quator offre sont impeccables. Wednesday's Children est complétement abouti et il n’y a aucun déchet. Tous les titres sont beaux, construits avec brio, entrainants, dansants ou envoûtants. La basse taquine quand les tambourins diablotins dévergondent les claviers et les guitares sur le chant absorbant et arrogant d’excellence, comme sur Bertolt Brecht, sur Springtime In Tangier, ou encore sur le royal et Gainsbourgien Salamander Jack, le symphonique Rhododendron Rd. et le titre chair de poule, Lofty. Brian Noyeswatkins est un auteur compositeur qui réserve de belles surprises et inspiré par la littérature, le cinéma, ne risque pas la panne sèche en matière de composition. Admirateur des Beatles et Abbey Road, des Cure et Disintegration, de Ray Charles et Modern Sounds In Country And Western Music, et dans une interview à la question How do you think you will die? il répond de manière poétique et imagée Maybe a nice heat stroke in the south of France in my 70′s when I’m going through my leathery Belmondo-faced phase surrounded by beauties and colorful cocktails. Or maybe I’ll go out like Tennessee Williams choking on something mundane like an eye-drop bottle-cap
L’ensemble de l’album fait honneur au genre de la pop, baroque et psyché, avec ce qu’il faut de naïf en tenue de camouflage et ce qu’il faut de subversif et de sensuellement provocant sous la couverture. Piggledy Pop est fan, classe Tomten et Wednesday's Children en haut de la pile de disques et je garantis qu’il le restera un long moment sans pourtant prendre la poussière. TomtenBandcamp TomtenSite