Translate

mercredi 30 janvier 2013

Livingstone Daisies

En savourant Wednesday, j’ai retrouvé des particules d’accords des Beatles, des choeurs résonnant Beach Boys avec des notes country mêlées à une basse délicieuse digne des groupes indie-pop des nineties et quelques notes ont suffit a attiser mon attention. En écoutant l’album Don't Know What Happiness Is des Livingstone Daisies, mes souvenirs me ramenaient sur les vagues des lacs texans, vers les couchers de soleil du Bayou ou les berges du Mississippi. Bien que les titres soient estampillés rock américain, ornés de sonorités britpop, avec des guitares rutilantes, les voix des Livingstone Daisies viennent au final du continent australien ; Il est donc peu étonnant que le disque présente à la fois l’esprit country-folk et un son pop anglo-saxon rappelant les Teenage Fanclub dans les harmonies. Le groupe est formé de Van Walker, de Liz Stringer, tous deux guitaristes, Cal Walker à la basse et Michael Barclay à la batterie. Van Walker est la voix leader mais la présence des quatre musiciens animent les choeurs sur tout Don't Know What Happiness Is qui annoncé par un single en 2012, sortira le 15 février 2013. Les Livingstone Daisies propose une veine indie pop-rock australienne à suivre de près. Pour ceux qui sont également séduits, je vous invite à découvrir le parcours de Liz Stringer qui sort en avril 2012 sont quatrième album Warm In The Darkness où évidemment, les influences telles que Bob Dylan, Neil Young et Big Star voltigent élégamment sur les mélodies et les arrangements.