Translate

samedi 29 décembre 2012

The Corner Laughers

The Corner Laughers est un quintet de San Francisco qui depuis son opus de 2006 Tomb of Leopards, offre des mélopées pop baroque, tantôt garage, tantôt orchestrale sur des textes ensoleillés et drôles, romantiques, parlant par exemple de Simon & Garfunkel au zoo sur Star Power Lament ou encore de The Village Green sur Seven Dials. La particularité des cinq The Corner Laughers est leur goût pour les collaborations ; Ils s’entourent d’une belle poignée de musiciens donnant une ambiance festive à leur compositions. Le guide dans l’écriture et la création est la chanteuse Karla Kane, qui au ukulélé, tient tambourin et cloches tout en gratifiant les airs joviaux de sa voix cristalline. Le noyau féminin, Karla et la guitariste Angela Silletto se développe rapidement avec la présence du multi-instrumentiste Khoi Huynh à la basse, guitare, clavier et chant, Charlie Crabtree à la batterie, chant et KC Bowman à la guitare, clavier et chant. En 2009, avec l’aide précieuse du producteur et auteur Allen Clapp des Orange Peels, qui en bonus, participe à l’enregistrement au piano, percussions et glockenspiel, sort Ultraviolet Garden. Tout aussi rythmés, gais et de construction alternative que le précédent, les 13 morceaux de l’album ornés d’harmonies pop de la veine de Camera Obscura nous embarquent dans un univers mirifique de chevaux, d’oiseaux et d’autres contrées planétaires. Avec une trame psychédélique, les mélodies fraiches et dansantes, mêlant ukulélé, claviers et percussions variées, sont sunshine pop. John Wesley Harding participe également à l’album en apportant sa touche aux arrangements. Se greffent à la troupe Anna Saccheri qui a dessiné la pochette de l’album et joue à l’accordéon, Chris Saccheri au chant, Astrid Smith au violon et William Cleere au clavier. Les textes parlent des relations amoureuses, sur Half A Mile, Dark Horse, Yellow Jacket qui conclut sur une lune de miel enrobée d’un orgue sixties. Sensuel et sucré, le domaine musical entrainant des The Corner Laughers revient cette année, encore plus rutilant de sons, d’harmonies, d’instruments avec la sortie en juin 2012 de Poppy Seeds qui, avec son joli titre, indique clairement ses intentions. Là encore avec Karla, Angela, Khoi, Charlie et KC, des musiciens supplémentaires à Allen Clapp, John Wesley Harding, les Sacchari, Astrid Smith, William Cleere apportent leurs talents à l’enregistrement de ce troisième disque. Mike Viola des Fountains of Wayne, Semisonic, They Might Be Giants, Sparklehorse etc chante sur Bells of El Camino, le multi-instrumentiste et auteur Anton Barbeau prête sa griffe et sa voix sur Grasshopper Clock. Jeri Sykes joue flûte, saxophone et clarinette, et Wazu joue du tombak sur The Perfect Weather et Chicken Bingo. Tout Poppy Seeds garni de pop psychédélique, bubble, sunshine, est une ode à la ville de San Francisco et au Golden State. The Corner Laughers jouent des airs pop fleuris et joyeux qui réchaufferont les oreilles bleuies par l’hiver et mon coup de coeur va à l’EP To The Donkeys Of Barron Park signé en novembre 2012. CornerLaughers