Translate

mercredi 21 novembre 2012

Rosie Taylor Project

Voici un groupe prometteur qui propose une pop élégante : Rosie Taylor Project est romantique et efficace dans ses mélodies. Avec des arrangement chamber pop, l’orchestration fourmille d’instruments et donne un aspect sophistiqué garanti. L’équipe de six musiciens originaire de Londres apparait en 2008 avec son opus de 8 titres, This City Draws Maps. Ce premier album est étonnant de perfection, les chansons délicatement mélancoliques dans les textes restent dynamiques et vives dans les rythmiques ; Aiguillé en studio par le producteur Richard Formby ( Wild Beasts, Herman Dune, Dean & Britta, Telescopes, Mogwai ...), il revient apporter sa griffe sur le deuxième album paru en 2012 Twin Beds. Le nom de l’album représente la distance froide entre deux lits et symbolise là, la peine de coeur. Les textes, superbe storytelling, parlent d’amour avec poésie, retenue et sont interprétés de manière classieuse par Jonny Davies qui joue aussi du piano, de la guitare et du glockenspiel. Il est accompagné de Sophie Barnes au chant, à la trompette et au cor, de Nick Wilshire à la basse, Sam Cottis au chant et guitare, Matthew Lally à la guitare et Shakey à la batterie. L’ensemble des 11 titres, intimes et charmants, forme un disque en or enchanteur, aux références littéraires comme pour la chanson irrésistible Esme qui se rapporte à Esme in Love and Squalor de Florian Zeller ou encore Roland Barthes est évoqué sur The Last Happy Writer, titre d’un de ses essais ; Il comporte aussi des références cinématographiques comme sur Black & White Films. Twin Beds propose de la pop de qualité qui à un ongle de l’excellence, plaira aux amoureux de Camera Obscura et aux vulnérables amoureux, tout court. RosieTaylorProject