Translate

vendredi 30 novembre 2012

Henning Ohlenbusch

Henning Ohlenbusch grandit dans le Massachussetts en prenant des cours de piano et de guitare. Plus tard à l’université sa personnalité artistique s’accentue et il étudie la musicologie tout en commençant à composer ses chansons. D’une mère danoise et d’un père allemand, ses influences culturelles et musicales sont vastes. Dès les années 90 il se produit seul avec sa guitare à des open-mic , dans les années 2000 constitue un groupe et forme School for the Dead, puis The Fawns, comptant quasiment les mêmes musiciens qui partent en tournée sur tout le territoire américain. Parrallèlement, Henning Ohlenbusch joue de la basse sur scène pour d’autres musiciens comme Chris Collingwood des Fountains of Wayne ou encore Lloyd Cole. Il travaille en même temps en tant que producteur et arrangeur aux côtés de Bourgeois Heroes, de son ami Mark Mulcahy (auteur-compositeur à qui Thom Yorke, Frank Black, Vic Chesnutt, The National, Josh Rouse, Dinosaur Jr., Michael Stipe, Mercury Rev etc, rendent hommage sur la compilation de reprises de Mulcahy : Ciao My Morning Star )
Ken Maiuri, musicien de Pedro The Lion est aux claviers, Max Germer à la basse et chant, Brian Marchese à la batterie et chant, Tony Westcott à la guitare et Henning qui compose est au chant, guitare sur le premier cd de School For The Dead, The Chain cd qui voit le jour en 2003. Puis The New You de 2004 et ses 13 titres pop représentent les influences du groupe : Beatles, Syd Barrett, Left Banke, the Velvet Underground. Rythmés, mélodiques, habillés de riffs de guitares, percussions, piano et choeurs enthousiastes, les textes réalistes, concis et plein d’humour de Henning deviennent sa griffe.



En 2008 Henning Ohlenbusch fait un petit écart en solo en signant son premier projet Looks Like i’m Tall. Multi-instrumentiste, il assure tous les instruments sur ses mélodies qu’il travaille depuis les bancs de la faculté, gardées dans sa besace pleine depuis des années. Son ami Chris Collingwood en parle ainsi : «For about four or five years now, I've been playing Henning's songs for people and saying they were my own. Please don't tell him that. Brief, romantic and simple, in a why-didn't-I-think-of-that way, his stories and melodies touch people without resorting to attitude or pretense» .

Toujours avec son don pour les arrangements, son habilité à raconter des histoires, la richesse des instruments qu’il joue seul, flûte, piano, guitare, basse et batterie, le maestro signe un deuxième album en 2011 : Henning Goes To The Movies. Absolument magnifiques, les 9 titres nous embarquent dans l’univers d'Henning Ohlenbusch, romantique, précieux et chaleureusement intime. Il l’enregistre au cours d’un hiver neigeux, bouclé dans son studio chez lui, avec sa guitare acoustique comme sur Straight Story, Meatballs, ou en parsemant ses morceaux de Glockenspiel, d’orgue, de mélodica et piano, basse, batterie. 

  
Dans la veine de Beulah et Hefner, la chaleur dans l’écriture pop folk et le chant délicat de Henning revient en 2008 avec School For The Dead dans A Telephone Built For Two. Là encore, l’écoute des 11 titres qui font office de scénari, imagés et colorés d’ambiances, est un délice de mélopées pop qui donnent envie de sautiller et de sourire. Il y a une humilité dans les mots mêlée à beaucoup de poésie pas piquée des vers, chaque parole sonne si parfaitement bien que ça semble facile. Compliqué de faire simple et bref dans la composition quand in fine le résultat est éloquent. Cet art, Henning le maitrise à la perfection, se permet même des phrasés lyriques et des touches d’humour comme sur Super Hero. Super auteur-compositeur de mélodies pop, je vous conseille amicalement de tendre une oreille à Henning Ohlenbusch. SchoolForTheDead