Translate

dimanche 12 août 2012

Magic Bullets

Philip Benson chanteur rencontre Corey Cunningham auteur-compositeur et guitariste en 2000 à San Francisco. Ils forment un projet nommé Cosmos en premier lieu, puis au fil des années s’entourent du batteur Colin Dobrin, du bassiste Nathan Sweatt, du guitariste Ryan Lynch et du pianiste Matthew Kallman. Dès 2004, portant le nom de Magic Bullets, le groupe se produit en concert, gagne une audience et des fans à travers le pays. En 2007, parait leur opus de 10 titres A Child but in life yet a Doctor in love et la même année, Magic Bullets qui s’est forgé un public grâce aux lives participe au Noise pop festival, accompagne Voxtrot, The Walkmen, Elfpower et Cold War Kids en tournée. L’album rock offre des notes eighties punk qui font penser à Television et contient des accords, des arrangements pop qui évoquent The Smiths. La nostalgie dans les textes ajoute une dose de vintage, la dynamique du tempo est dansante et pour un premier album, les riffs de guitares, les roulements de batterie, la basse galopante, le rythme endiablé du Wurlitzer sont épatants. Le single The Upstairs Flight de 2008 apparait sur le EP 4 titres vinyle Lives For Romance de 2009, suivi du vinyle 2 titres de 2010 Lying Around / Thoughts of You, qui scellent le début de l’aventure avec le label Mon Amie Records.
  En 2010 c’est leur album Magic Bullets qui fait couler de l’encre. La presse unanime quant à la qualité du disque souligne les influences du groupe, Feelies, Velvet Underground, Orange Juice, ainsi que la ressemblance de la voix de Philip Benson avec celle de Ian McCulloch et de Morrissey. Le disque est magique. Il sonne spontané et travaillé, les guitares scintillent en déclinant des mélodies qui rapidement attrapent et accrochent l’oreille. A Day not so far off qui ouvre l’album met dans le bain de suite et They wrote a song about you nous colle à l’émail. Pretend & Descend et Lying around sur les arpèges de guitare à la Johnny Marr achèvent de donner envie d’y faire des bulles. Les paroles de Young Shoulders, poppeuses à souhait vont comme un gant au chant de Benson et replongent dans l’ambiance pop des années 80 avec des sonorités à la David Byrne, Norman Blake, aussi bondissantes que les rotules de Ramesh Srivastava des Voxtrot.

En avril 2012, le nouvel album Much Ado About ( qui fait songer à la pièce de William Shakespeare Much Ado About Nothing ) est un délice là encore de sons pop, efficaces, aboutis, magnifiquement mélodiques et dansants. La batterie et les guitares sollicitent les orteils, le chant innondent les ouies et la basse dans Time and Again scotche par sa force mélodique. Les compositions sont remarquables, variées et enthousiastes. Exécutées avec un swing et punch admirable, elles laissent la place au romantisme rétro des textes et des instruments unifiés, mariés avec fluidité qui forment un ensemble puissant et dense. Avec cette superbe production, les Magic Bullets se rangent désormais et sans sourciller aux côtés de The Smiths, Pulp, Go-Betweens, Feelies, Happy Mondays et des actuels Voxtrot, Northern Portrait, Princeton