Translate

jeudi 5 juillet 2012

Loch Lomond

Loch Lomond est un lac du nord de l’Ecosse et c’est aussi un groupe de Portland qui soufflera bientôt ses 10 bougies. A sa tête, l’impressionnant Ritchie Young qui multi-instrumentiste, auteur-compositeur, a aussi la particularité de pouvoir chanter dans des tonalités incroyables. Le style musical de Loch Lomond se classe dans l’orchestral-pop, le chamber folk et se révèle drôlement riche en compositions, inspiré dès l’opus de 2003 When we were Mountains. Hormis le talent de compositeur et d’interprète flagrant sur ce bel album, on rencontre son univers onirique, littéraire. Il aime s’entourer d’une troupe de musiciens et Young dès 2006 en joue sur scène avec 9 musiciens qui assurent les guitares, le piano, les claviers, la clarinette, le banjo, mandoline, flûte, mellotron...Dans une veine folk traditionnelle, Ritchie Young fleurit ses titres de sonorités pop symphonique et parfois électronique avec des beats comme sur Sir Edmund qui doit plaire aux amoureux de Sufjan Stevens, des Fleet Foxes et des Decemberists avec qui Loch Lomond assure des tournées américaines. Le tambourin, le violon, violoncelle vont à ravir au titre chanté en français Sourire.


When we were Mountains est suivi en 2006 du EP Lament For Children qui confirme la sensibilité de Young au domaine de l’enfance, tel un Richard Brautigan de la pop orchestrale ( il signe en 2009 un magnifique EP Trumpets For Paper Children en téléchargement libre) puis en 2007 du superbe Paper the Walls. Carl Sagan ouvre le bal tout en délicatesse, sur la guitare acoustique et le piano, puis l’ensemble de cordes sur la voix de Young, élégante et chaleureuse, ne cesse de toucher et saisir tout au long des 9 morceaux. Banjo et mandolines se croisent sur A Field Report et sur le bondissant Northern, Knees, Trees, and Lights tandis que les choeurs sont lumineux sur Scabs on This Year, écrite par son petit frère Dillon Young. Les quatre frères Young dont Ritchie est l’ainé sont tous musiciens et en 2007, jouent pour le plaisir ensemble, se produisent sur Portland et les environs sous le nom de Foureveryoung. Toute la troupe de Loch Lomond par en tournée, Ritchie Young sort un single pour le cinéma en 2010 Wax and Wire et en 2011 sort le troisième disque Little Me Will Start A Storm


Ce disque subjuguant, éclatant de sonorités pop folk, dévoile en partie la personnalité de Ritchie Young qui est un vrai créateur. On y retrouve sa patte, sa classe, sa fragilité comme dans les deux autres albums. Blue Lead Fences attaque en premiere plage, swinguant, rythmé évoque l’habilité et la vitalité d’un gamin de huit ans. Elephants & Little Girls, pure et naif, parle inévitablement à notre âme d’enfant. Let’s walk together, Let’s run together, We’ll ride on the back of an elephant, And we’ll go somewhere warmer And we’ll go somewhere new. I love me est d’une teneur nostalgique aussi, douce et envoûtante. Blood bank fait valser les cordes de mandoline et de violon sur une mélodie folk presque traditionnelle nourrie par la clarinette, avec le chant parfois revolté de Young qui vacille entre la tendresse et la contestation. Alternatif jusqu’au bout, dans la voix, dans les arrangements, dans l’orchestration et le choix des instruments, ses titres sont brodés et construits avec beaucoup d'originalité. Les disques de Loch Lomond sont fascinants, aussi fluides que l'eau du fameux lac écossais, à vous procurer avant la sortie imminente du prochain album. Le dernier EP White Dresses date du 5 mars 2012 et annonce un quatrième album fort prometteur.