Translate

samedi 16 juin 2012

David J

Les samedi de printemps pluvieux et assombris, j’allume une bougie et vlan, ça réveille ma fibre gothique. Certes, elle n’est pas énorme, ni assez grosse pour prier saint Philippe Manoeuvre avec mon tee-shirt Marilyn Manson et les bagouses têtes de mort aux doigts mais suffisamment garnie pour revenir furtivement sur Bauhaus. A la fin des années 70 et au début des années 80, déferle une vague d’excellents groupes post-punks, gothiques, cold-wave, comptant les Clash, Television, The Cure, New Order, Sonic Youth, David Bowie, Sisters of Mercy, Joy Division et le groupe anglais Bauhaus qui prend forme en 1979 avec Peter Murphy au chant, Daniel Ash à la guitare, le batteur Kevin Haskins et son grand frère David J à la basse. Tandis que Peter Murphy part du groupe pour une carrière en solo et soigner ses problèmes de santé, le quatrième album Burning from the Inside est signé par Ash et les frères Haskins. Bauhaus split en 1983, mais le trio continuera sous le nom Tones of tail puis Love and Rockets et cette même année David J se lance en solo avec son opus Etiquette of Violence.
  
Entre 1985 et 1998, Love and Rockets signe sept albums avec Daniel Ash au chant et guitares, Kevin Haskins à la batterie, claviers et David J qui, toujours bassiste, devient au même titre que Ash, interprète et auteur-compositeur. Alors que Love and Rockets prend un tournant pop et rock alternatif, David J qui commence son aventure en solo révèle un grand don pour l’écriture de ritournelles pop, ornés de saxophone, tambourin, harmonica, banjo, de textes magnifiques et par dessus tout gansé de sa splendide voix, fragile et émouvante. Avec Crocodile Tears and the Velvet Cosh en 1986, Songs from Another Season en 1989, Urban Urbane en 1992, The Birth Caul en 1995, The Moon and Serpent Grand Egyptian Theater of Marvels en 1996, Estranged en 2003 et Not Long For This World en 2011, David J travaille aux albums de Love and Rockets en parallèle et collabore aussi à des projets live comme le groupe The Sinister Ducks dans lequel jouent Alex Green et le mythique Alan Moore ( ce qui inspirera à David J un EP nommé V for Vendetta signé en 1984), il joue également de la basse dans le groupe Voltaire.



Prolifique, grand compositeur, David J offre son univers plein d'une intimité élégante, de textes emplis de poésie et interprétés avec beaucoup de charme. Au cours de ces dernières décennies, David J comme Lloyd Cole, marque la pop anglaise de son empreinte lyrique, narrative, nourrissant l’écriture d’arrangements brillants, des mélodies incroyables, une interprétation à la sensualité désarmante. David John Haskins est un artiste atypique, qui signe un keepsake de chansons impressionnant et garde une personnalité attachante et humble. Il n’a pas la reconnaissance méritée des médias et du public ce qui est totalement incohérent mais cela lui confère un caractère underground très précieux que j’avais envie de partager sur Piggledy Pop. GuitarManMP3 
L’album New Tales to Tell: A Tribute to Love & Rockets est paru en 2009, avec les contributions des Flaming Lips, Film School, Dandy Warhols etc...et le bon ami de David J, Franck Black.