Translate

samedi 5 mai 2012

Pugwash

Thomas Walsh est adolescent quand il devient fan d’Andy Partridge des XTC. Il demande des instruments à ses parents, du matériel d’enregistrement et entre 1990 et 1995, met sur cassettes 150 démos; Il adopte le nom de Pugwash et le Irish music magazine vante les mérites de son travail. Ses démos vont atterrir sur le bureau du musicien producteur Kim Fowley (qui signe les Sleepwalkers, où jouait Phil Spector, les Runaways, les Softmachine, écrit des paroles pour Cat Stevens, joue avec Frank Zappa, enregistre Jonathan Richman, Modern Lovers, etc...). Kim Fowley présente le jeune Thomas Walsh au compositeur Andy White qui l’invite, tout comme Television et Grant-Lee Phillips à partager leurs tournées. Avec l’expérience et l’inspiration, Walsh se décide à composer son premier album Almond Tea en 1999 qui sera nommé par la presse irlandaise musicale meilleur album de l’année.

  

Suivront Almanac en 2003, Jollity en 2005 avec la collaboration de Dave Gregory du groupe XTC qui fera les arrangements de cordes enregistrés au Abbey Road Studio de Londres, Eleven Modern Antiquities en 2010, sur lesquels jouent ses amis Jason Falkner (membre de Jellyfish, musicien et producteur de Brendan Benson, Nigel Godrich, Aimee Mann, Beck et guitare sur l’album de Paul McCartney en 2005), Eric Matthews, Michael Penn, Graham Hopkins, Johnny Boyle des Frames, Duncan Maitland et Tosh Flood. Entre temps, Dave Gregory présente Thomas Walsh à son idole Andy Partridge qui lui même est subjugué par le talent de Walsh (l’appelant «the saviour of modern pop») et cette rencontre les mènera à composer le titre Anchor ensemble. Lors d’un concert humanitaire, Pugwash rencontre Divine Comedy. C’est un coup de foudre artistique. Thomas Walsh et Neil Hannon deviennent amis. Neil Hannon participe au 4ème album Eleven Modern Antiquities et tous deux, en parallèle, forment le groupe The Duckworth-Lewis Method
Chronique là : PiggledyPopDuckworthLewisMethod

 

2010, Pugwash qui compte Walsh, Tosh Flood, Shaun McGee et Joe Fitzgerald sur scène, annonce l’arrivée du 5ème album qui sort en Aout 2011. Avec l’amicale collaboration de Neil Hannon, Dave Gregory, Andy Partridge, et Ben Folds, le splendide The Olympus Sound voit le jour. Ce sont les âmes des Small Faces, des Beach Boys, de Teenage Fanclub mêlées à celle des XTC qui flottent dans l’album.

Le premier titre Answers on a Postcard, à l’ambiance ensoleillée, est rythmé par les orgues, les choeurs comme le très chaloupé There you are qui suit, orné de guitares et de claviers. The Olympus Sound s’annonce d’emblée power pop, sunshine pop, déroule comme un tapis de fleurs des sonorités dignes du Petsounds des Beach Boys. Enregistré avec un orchestre de cordes, To the warm of you est une ballade romantique chamber pop, habillée d’une guitare acoustique, de violons et d’un piano. Sur Fall down, le swingue des guitares pop folk avec les choeurs et les violons forment une mélodie géniale, entrainante. Be my Friend Awhile, Dear Belinda, 15 Kilocycle Tone contiennent toutes les sonorités anglosaxonnes si délicieuses chères à XTC, Weezer, Booradleys, avec des arrangements psychédéliques et des accords de guitares qui forment une pop symphonique efficace. Les textes tirés à quatre épingles, soignés avec tant de délicatesse, de sensibilité et d’humilité reflètent trait pour trait la personnalité de Tom Walsh.

  

Tous les «la la la», les «woo woo» comme sur I don’t like it but i gotta do it un peu country folk nous emmène aussi l’espace de 2m45 dans l’atmosphère festive et dansante du pub irlandais. Here we go round again nous ramène sur le rivage beachboysien, avec les «pa pa pa» chauds, brillants, la mélodie shiny pop où le Mellotron, flûtes traversières et les tambourins sont rois. Such Beauty Thrown away et See You Mine montre que Pugwash compose avec toutes les influences qui le nourrissent et les choeurs brillants, le tempo retro sixties legerement bossa sur l’orgue psyché rappellent les Kinks qu’il adore. Four days a ce doux rythme vintage, vaporeux, pop, qui donne un goût sucré à la mélodie. Ce disque examine les différents styles de pop, chamber, sunshine, baroque, pour ceux qui aiment les Beach Boys, Left Banke, Burt Bacharach, Paul Weller avec qui Thomas Walsh avoue qu'il aimerait partager une pinte.

The Olympus Sound est un réelle petite bombe, les mélodies éclatantes sont assurées par Thomas Walsh au chant, guitare acoustique, mellotron, batterie et percussions (cloches tubulaires), Tosh Flood à la guitare electrique, guitare baryton, wurlitzer, piano, flûte, epinette, mandoline, autoharp, clavecin, vibraphone et orgue Hammond, Shaun McGee à la guitare basse et Joe Fitzgerald à la batterie. Cette joyeuse troupe est accompagnée par Neil Hannon au piano, clavecin, synthé Korg et mellotron le Max Rebo Ensemble aux Kazoos, Dolores Flood au gong, Dave Gregory au piano Fender Rhodes, tamboura, tabla, percussions et arrangements de cordes, Michelle Mason au violoncelle, Fergal O’Dhornain à l’alto, Katie O’Connor au violon, Ben Folds au piano. Je soupçonne Neil Hannon, qui se cache sous sa capuche dans la vidéo ci-dessous, d’avoir tâté du gong sur un des titres... Pugwash et l’emsemble des albums sont chaleureusement conseillé par PiggledyPop.
Pugwash