Translate

samedi 12 mai 2012

Dan Mangan

Dan Mangan est la plus belle surprise pop-folk de l’année 2011. Côté harmonies et ambiance, l’univers de Dan Mangan m’évoque celui du français Syd Matters, pour les textes et leur message, je songe à Leonard Cohen, Bob Dylan, la voix imprégnée de sincerité et de vécu me rappelle ses compatriotes Hawksley Workman et Rufus Wainwright. Dan Mangan adolescent vivant à Vancouver, piochait dans les disques de ses parents, Beatles, Nick Drake et fort de ces influences, sort à 20 ans son premier ep acoustique. Puis il prend la route, guitare sur le dos, joue dans les bars et les pubs au Canada, aux Etats-Unis et observant, aspirant tout ce qu’il constate sur son chemin, s’inspirant de rencontres, de paysages, écrit son second album Nice, Nice Very Nice. Cet album carte postale sera salué par la critique, il est nominé au Polaris Music Prize dans la catégorie meilleur interprète-auteur-compositeur et remporte le CBC Awards. Invité à participer au festival renommé de Glastonbury, le globetrotter sera aussi convié à accompagner The Decemberists, Okkervil River et les Walkmen en tournée.
Désormais entouré de ses musiciens, Gord Grdina à la guitare, Kenton Loewen à la batterie et John Walsh à la basse, Dan Mangan expérimente un style ochestral pop dans son troisième album qu’il signe en Septembre 2011, Oh Fortune. Là encore, le ménestrel nous emmène en voyage avec des textes autobiographiques émouvants, qui parlent d’une réalité qui se révèle triste ou gaie, de sa perception de l’être humain, cruel ou beau. Son travail de composition dévoile un don pour la composition architecturale. Il crée ses chansons comme des édifices, consolidées par son quator de base, il ajoute de manière alternative du rythme, des choeurs, des instruments comme la clarinette, du cor, de la trompette, violons et violoncelles, saxophone, trombone, des flûtes et de l’orgue. Ses inspirations tiennent autant de la nostalgie, de la tristesse, que de la victoire et du succès ( le titre de l’album Oh Fortune rend hommage à la première femme qui détenait un record mondial, Gertrude Ederle, en traversant la Manche à la nage et de son retour triomphal aux Etats-Unis en 1926 ).


Depuis le crooner aux yeux scintillants remporte deux prix au festival de musiques indépendantes d’Austin, Texas, le Juno Awards au Canada équivalent des Grammy Awards avec le titre du meilleur nouvel artiste de l’année. Ces titres sont mérités quand on voit le travail prolifique et l’envie de le communiquer de l’artiste qui entre le 5 avril et le 5 mai, assure une tournée européenne (un marathon avec 26 dates sur 30 jours en passant par la France, Belgique, Pays-Bas, Allemagne, Angleterre, Ecosse). Poète, prophète, musicien accompli qui se dit qu’au début de sa carrière, Dan Mangan nous conte son histoire sur ses trois albums fleuris de mélodies. A se procurer !
DanManganSite