Translate

jeudi 26 avril 2012

Dark was the Night 2

Spoon - Well-Alright (le deuxième disque s’ouvre avec la ritournelle rock de Spoon et avec qui c’est un plaisir absolu constant dans les oreilles) 
Arcade Fire - Lenin (le tempo rock et boogy ne nous quitte pas grâce au Lenin qui balance un rock intemporel) 
Beirut - Mimizan (biensûr, Beirut, égal à lui-même, avec son accordéon et son metalophone, ses batteries et cymbales assurant rythme vivifiant et motivant, ambiance chatoyante, familière) 
My Morning Jacket - El Caporal (les excellents My Morning Jacket appose leur signature à la compilation avec une valse pop, ornée de piano, de mandoline, de cuivres, liés à la voix sensuelle du chanteur charismatique Jim James
Sharon Jones & The Dap-Kings - Inspiration Information (reprise energique, efficace de Shuggie Otis par Sharon Jones & the Dap Kings, musiciens à l’origine de Amy Winehouse)
 

David Andrew Sitek - With a Girl Like You (là encore une reprise exécutée dans les règles de l’art par Sitek qui est un grand musicien. Chanté par les Troggs en 1966 sur l’album From Nowhere, c’est le genre de cover qui est un réel exercice de style, par gagné à l’avance qui démontre bien que Sitek, membre du groupe TV on the Radio, qui a aussi joué dans Liars et Yeah Yeah Yeahs, a des références et de l’inspiration. 
Buck 65 Remix - Blood Pt. 2 (magnifique reprise des Castanets par Buck 65 avec le duo improbable, fort étonnant de Sufjan Stevens et Serengeti
The New Pornographers - Hey, Snow White (Il y a une sublime energie qui nourrit cette reprise du titre de Destroyer, projet parallèle de Daniel Bejar, aussi membre des New Pornographers, qui parait sur son album This night
Yo La Tengo - Gentle Hour (reprise langoureuse d’un morceau de Snapper honorée par la guitare de Yo la Tengo. Snapper est un groupe qui a été repris par Stereolab et The Jesus and Mary Chain. Ici, Yo la Tengo assure une version pop délicate et aérienne)


Stuart Murdoch - Another Saturday (comment ne pas applaudir la participation du leader de Belle and Sebastian qui offre un titre inédit. Marié depuis 2007 à sa nymphe, Murdoch est engagé auprès d’associations pour les droits des homosexuels et milite également pour des thèmes écologiques) 
Riceboy Sleeps - Happiness (electro pop, ce titre de 8mn nous emmène et nous embarque, exécuté avec la veine aristocratique de Jonsi Birgisson et Alex Somers, deux compères du groupe Sigur Ros, vénéré par Piggledy Pop. Happiness, offert pour la compilation est instrumental, grandiose et fragile, il fait vibrer toute corde sensible.. chez ceux qui en ont) 
Cat Power et Dirty Delta Blues - Amazing Grace (duo somptueux ou la voix de Cat Power jazzy, bluesy est plus que jamais convaincante et ravissante)
 

Andrew Bird - The Giant of Illinois (Andrew Bird qui pince ses cordes de violon avec une musicologie d’expert et de troubadour reprend à sa manière extrêmement touchante un titre des Handsome Family. Pour l’anecdocte, Jeff Tweedy participe aux voix sur ce texte qui parle de la mort avec un sens poétique, libérant le thème de la compilation de tout son poids) 
Conor Oberst et Gillian Welch - Lua (là encore, la chanson est proposée par un duo charmant, surprenant et qui à l’oreille, fait sonner deux voix qui se lient et se mélangent avec beaucoup de saveur. La douceur et l’harmonie suave dans Lua ne sont pas fades, mais piquants de sensualité) 
Blonde Redhead et The Devastations - When the Road Runs Out (titre animé d’amour, son tempo est rempli de sentiment et forcément, l’univers soft de Blonde Redhead ne tombe pas à brule pourpoint à ce moment de la compilation) 
Kevin Drew - Love Vs. Porn (titre chaud à rougir de Kevin Drew, fondateur du groupe baroque-pop Broken Social Scene, également le galant de Feist pour le côté pop-ragots, le texte est huilé de sensualité, la mélodie remplie d’amour) 
Beach House - Play The Game (Beach House est un duo formé par Alex Scally et la nièce du compositeur français Michel Legrand, Victoria Legrand. Tous deux bouclent magnifiquement l'écoute des 31 titres en ajoutant leurs pattes electro-pop à Play the Game, titre de Queen, qui a sa place au sein de cette excellente compilation)

Les frères Dessner de The National ont planché pendant 2 années sur la production de Dark was the Night. C'est un travail de titan qu'ils ont réussi avec goût, beaucoup d'idée, de motivations. Les thèmes abordés sont l'amour, la mort, la vie, et ils sont admirablement parvenus à lister un panel de groupes, essentiellement nord-américains, qui représentent l'indie pop contemporaine. L'art de faire une compilation réside dans la variété de sons et de styles avec homogénéité dans le sujet et en luxe, récolter des inédits et des duos. Le pari relevé est gagné. Dark was the night est un objet de valeur qui a été fabriqué pour une belle cause. Même si le double cd, triple vinyle date de trois ans, son existence reste à évoquer et si vous n’êtes pas aptes à apprécier Muriel Robin ou Jean-Marie Bigard poussant la chansonnette pour le Sidaction, vous trouverez votre plaisir tout en faisant en beau geste en commandant Dark was the Night. Red Hot Organization sort en 2011 la dernière compilation en date, Red Hot + Rio, projet regroupant Beck, Caetano Veloso, Seu Jorge, Beirut, Bebel Gilberto, Of Montreal, Aloe Blacc, Marisa Monte etc pour une écoute ensoleillée de groove brésilien, de pop-bossa.
RedHotOrganization