Translate

vendredi 25 novembre 2011

Miles Kane

Musicien anglais qui apprend à jouer de la guitare à 12 ans, surement épaulé par son cousin James Skelly du groupe The Coral, la solide expérience technique et scénique de Miles Kane vient aussi de son aventure avec son groupe de 2004, Little Flames qui se nommera ensuite The Rascals. En 2007 il monte un groupe avec son proche ami Alex Turner des Arctic Monkeys, appelé The Last Shadow Puppets ; Cela fait 3 ans que Miles Kane peaufine son projet solo en sortant deux disques dont l’album LP de mai 2011 The Colour of the Trap.
Il défendra ce disque en février en assurant les premières parties des Arctic Monkeys avec une tournée qui compte 7 dates en France.



Un fois n’est pas coutume, bien que peu indépendant et assez commercial (Miles Kane est signé chez Columbia), The Colour of the Trap est un album qui véhicule une âme rockn roll et cela suffit à me séduire. Il est produit par deux experts, offre la participation de Noel Gallagher, de Gruff Rhys des Super Furry Animals et de son complice Alex Turner. Miles Kane ouvre dès janvier 2011 pour Liam Gallagher en présentant son single Come Closer et depuis, la diffusion radio est large, la presse est unanime et l’audience convaincue. 

Le disque est excellent, il est dansant, très rythmé, attaquant par Come closer et Rearrange dont les riffs de guitares électriques flirtent avec une batterie battante et des partitons de claviers scintillantes et sautillantes.
Puis l’ambiance mods arrive au galop avec Counting Down The Days, ou encore des notes psychédéliques se rajoutent au tempo diabolique dans Happenstance, le sophistiqué Quicksand, Inhaler, Kingcrawler et le dernier Before It's Midnight, où les paroles lovees dans une rythmique dansante sont franchement, amoureuseument arrogantes. Entre temps il y a des balades, bien menées, inspirées, avec des violons ou mandolines sur Take The Night From Me, le beatlesien My Fantasy qui rend hommage à Marc Bolan de T-Rex et sur mon coup de coeur Colour the trap.



L’album est étudié et abouti, superbement bâti en studio, beau produit in fine mais ce qui me séduit c’est que Miles Kane, quand même un peu indépendant, fleuri son travail avec ses passions personnelles comme Serge Gainsbourg auquel il rend hommage dans le titre Happenstance ou Dutronc dont il offre les reprises sur vinyle, Le Responsable et Kakaboom. Ces reprises prouvent les références du jeune anglais de 25 ans et son sens du dandysme. Cette démarche qui se rapproche le plus de sa personnalité est admirable, tout comme le sont ses prestations lives où son talent de guitariste et d’interprète est évident.
MilesKane

The responsable