Translate

jeudi 20 octobre 2011

Cass McCombs

Le ménestrel américain Cass McCombs revient cette année avec deux nouveautés, j’écrivais sur lui en 2008 : Il aurait pu tenir le rôle principal dans Into The Wild, le film de Sean Penn. Cass McCombs voyage à travers les USA, de sa Californie natale, par Baltimore, puis New-york et enfin Chicago. Ce jeune artiste de trente ans est un electron libre.
Un peu manièré, sa fragilité planquée derrière ses lunettes de soleil, ce songwriter est non seulement un excellent musicien, mais il est aussi spirituel et drôle. Il fait penser tour à tour à Elliott Smith, Morrissey, Lou Reed...Cela donne une idée sur l'atmosphère qui règne dans ce 3ème album fraichement sorti Dropping the Writ. C'est le disque le plus pop après le 1er A en 2003 et Prefection en 2005, un bouquet de mélodies élégantes et accrocheuses.



Depuis, l’auteur-compositeur continue sa route avec Catacombs, paru en 2009 et dont les morceaux riches de guitares sur son chant vaporeux le rapproche encore plus de l’univers et l'intensité d’Elliott Smith.
En 2011, Cass McCombs, plus grobe-trotter que jamais, travaille entre la Californie, Chicago et New-York avec son fidèle ami producteur Ariel Rechtshaid et enregistre deux albums : Wit's End sorti en Avril et Humor Risk qui sortira le 8 Novembre prochain. Tous les deux montrent son talent énorme de composition, étant variés de sonorités et de thèmes comme les sentiments, la vie américaine, le voyage, la musique, avec nombre de repères littéraires qu’il maitrise.



Dans A knock upon the door sur Wit’s End, Cass McCombs chante The tired minstrel, leaving town, heard the Muse’s weeping, He turned up the Elvis tape in his grey car. Avec des allégories, des métaphores, il dévoile son quotidien d’artiste toujours avec humilité et dignité : You scoff at my card, Guess I’m no Abelard, “I don’t know…” just how far is Beulah, Would only to song, weren’t indulgent and wrong and shadow a long twilight, Always to play and sleep through the day for music and night et souligne aussi ses aventures dignes de l’amiral Byrd dans County Line: On my way to you, old county, Hoping nothing’s changed, County Line, I left so far behind.
Alors que Wit’s End est habillé de choeurs, d’orgues géniaux, d’une rythmique langoureuse sur les accords absolument émouvants de guitare, Humor Risk qui arrive bientôt dans les bacs est encore plus dansant et  ce en partie grâce à la participation de Rostam Batmanglij du groupe Vampire Weekend qui a apporté sa patte sur le titre Robin Egg Blue.

Cass McCombs - Robin Egg Blue (Gun Drum Mix) by DominoRecordCo

Wit’s End est un album tout en émotion, dans la voix, les textes, la délicatesse du piano, les arpèges de guitares puissants qui fournissent l’instrumentation travaillée et brillamment exécutée. Depuis 2009, les titres de Cass McCombs fourmillent dans des films et documentaires. L’artiste, qui a l’âge biblique de 33 ans , partage la scène avec nombre de groupes : Band of Horses, Cat Power, Bonnie 'Prince' Billy, Andrew Bird, Blonde Redhead, Modest Mouse, The Decemberists, Arcade Fire, Peter Bjorn and John, Papercuts, Fiery Furnaces, Jose Gonzales, The Shins, Iron and Wine, etc. Jugée introvertie parce qu’il fait preuve de grande discrétion, la personnalité de Cass McCombs rayonne pourtant dans ces deux magnifiques albums à vous procurer et à savourer.
CassMcCombsSite

Cass McCombs - The Same Thing by DominoRecordCo