Translate

lundi 31 octobre 2011

Cake sale

Je sors de derrière les fagots une chronique écrite  pour la promotion d’une compilation nommée Cake Sale, dont les fruits de la vente revenaient à l’organisation humanitaire Oxfam.

The Cake Sale, collectif principalement irlandais, a sorti l’album du même nom en 2006 pour l’Angleterre et nord-Europe, puis paru en Octobre 2007 aux USA. Les artistes qui participent (compo, écriture, interprétation) ont parfois dû travailler à distance pour l’enregistrement. C’est d’ailleurs joliment suggéré dans la vidéo de Some surprise, duo de Lisa Hannigan/Gary Lightbody. (vidéo)

Tout l’argent récolté de la vente du disque va à l’association Oxfam (Oxford Committee for Famine Relief), qui lutte noblement pour le commerce équitable, contre la famine et l’injustice. Elle se bat et énerve les gouvernements qui constatent avec mépris son bel entêtement. Les états trouvent une attitude anti-démocratique à l’association, parce qu’elle balance, dénonce les intérêts économiques (pas nets) de certaines grandes puissances. Crée en 1942 par Sir Milford à Oxford en Angleterre, entouré d’amis et son épouse (toujours active), la première mission fût d’acheminer de la nourriture en Grèce pour les personnes bloquées par les autorités nazies. Voilà, Oxfam est belle et rebelle.

AllTheWayDownGlennHansard

Mélodiquement parlant c’est un mariage de musique irlandaise, anglaise, américaine et australienne. Le disque s’ouvre comme une fleur sur le titre Last leaf, enveloppe de douceur : la voix de lépréchaun de la celte Lisa Hannigan, des doigts qui effleurent le piano, un balai de soie sur la peau de caisse claire, un violon lutin et mutin, “I know what it take for me to be free”. La dégustation commence et on se retrouve sur les côtes ondoyantes irlandaises de Erin, sous les arcs-en-ciel de l’Idaho, country soft de Josh Ritter. Le délice se poursuit toujours dans la douceur avec la suédoise Nina Persson (Cardigans, Sparklehorse) que l’on peut retrouver sur la compilation Monsieur Gainsbourg revisited
Plus loin, Gemma Hayes propose une mélopée (du caviar) écrite par Glen Hansard. Les compositions envolées, les voix réunies pour la cause, les instruments réels (basse du mégadoué Nick Seymour), les paroles naïves, touchantes, se mêlent lentement, naturellement…Pourtant des miles les séparent. Noonan s’impose en véritable chef d’orchestre, accompagné de Dave Geraghty, guitariste aux doigts de fée. Conor Deasy saupoudre l’appareil avec sa voix déliée, fragile. Et le final Aliens, la crème, la cerise sur le cake, c’est Neil Hannon ; Comme une majestueuse couronne de mousse sur un demi de kilkenny pour boucler la boucle et monsieur Hannon nous invitant “Well come on the aliens, my friends the aliens, sweet little aliens come on, So we can start again”.
La cause et l’effet: une compilation d’honneur et de coeur.
CakeSaleMyspace



Se sont alliés au projet Cake Sale : Gary Lighbody (Snow Patrol), Nick Seymour (Crowded House), Gemma Hayes, Josh Ritter, Glen Hansard (The Frames), Nina Persson (The Cardigans), Lisa Hannigan (partenaire de Damien Rice), Neil Hannon (Divine Comedy), Conor Deasy (the Thrills), Ollie Cole (Turn), Dave Geraghty, Crosby et Paul Noonan, ainsi que du batteur Graham Hopkins (Frames, Josh Ritter, Reeinder section, Ann Scott, Snow Patrol) .