Translate

samedi 11 juin 2011

Ladybug Transistor

Suite : chronique Essex Green

Ces grandioses musiciens new-yorkais vont simplement réanimer la pop psychédélique. Et ce n’est pas un hasard si Essex Green et Ladybug Transistor feront des petits : Beirut, Great Lakes,Bishop Allen, Grizzly bears, the Aislers Set, the Isles, Aurevoir Simone…etc.

LadybugTransistorIFoundAReason(VelvetUndergroundCover)

2007, le leader des Ladybug Transistor, Gary Olson, est à la production du dernier album de Kevin Ayers, Unfairground et a signé son disque Can’t wait another day, somptueux et véritable écho de Lee Hazelwood, Burt Bacharach, des Left Banke. Ils partent pour une tournée internationale avec les Lucksmiths et virevoltent sur les scènes américaines, asiatiques, européennes, partout sauf en France.

TheReclusiveHero

Depuis 2006 et leur album Cannibal Sea, les Essex Green se font discrets, optant pour une vie de famille et s’éloignant des studios. C’était il y a 5 ans. C’est très long.
Depuis 2007 et leur album Can’t wait another day, les Ladybug Transistor qui recrutent Kyle Forester (Crystal Stilts) et Ben Crum (Great Lakes), ont besoin de recul et d’une pause étant confrontés à la perte fatale de leur batteur et ami San Fadyl.
2011, les Ladybug Transistor reviennent avec Clutching Stems, magnifique album écrit avec San en mémoire, brodé d’arrangements et de mélodies qui marquent d’une pierre blanche leur superbe retour le 7 juin . J'y reviendrai...évidemment.
LadybugTransistor

Aucun commentaire: