Translate

dimanche 3 avril 2011

Lia Ices

Pour donner des références qui parleront davantage aux non-geeks de indie-pop, Lia Ices est un mélange de Prince, Kate Bush, Sigur Ros et Feist; Pour les amateurs, je nommerais Joanna Newsom, Scout Niblett et Will Oldham. Son repertoire est grandiloquent, délicatement féminin, atmosphérique et dynamique. Il y a des violons, des guitares électriques, du piano et synthé, du vibraphone, de la guitare acoustique, du sleighbells, du tambour, du violoncelle, des trompettes et la voix de Lia, digne d’une reine des glaces ou d’une princesse des elfes descendue en amazone sur dos de licorne des ses contrées nordiques (en l’occurence, du Connecticut).



Lia Ices qui vit à Brooklyn, a commencé le piano à cinq ans et commence à écrire ses compositions au NYU Arts School; c’est en 2008 qu’elle propose son premier album Necima, son second Grown Unknown en 2011, et le 18 mars dernier, un EP de six titres en live. Justin Vernon de Bon Iver, signé sur le même label que Lia Ices depuis 2008 (Jagjaguwar), participe amicalement à Grown Unknown sur le titre Daphne (vidéo ci-dessus). L’ensemble des titres réussit à créer une atmosphère féerique, mirifique, romanesque dans l’instrumentation, la composition, les thèmes des chansons. L’album est cohérent, construit avec une finesse élégante et une rigueur diligente.
L’album est enchanteur et Lia Ices, de son charme, de son exigence artistique, se targue avec raison de délivrer un travail de qualité et impose de belle manière son inspiration.
LiaIcesMyspace

Aucun commentaire: