Translate

lundi 8 novembre 2010

Villagers


Derrière ce joli nom de Villagers qui sonne « green » se trouve un artiste irlandais qui récolte unanimement des récompenses ( il gagne le Music Prize en Irlande, le Mercury Prize) et la reconnaissance de ses pairs ( Paul Weller l’invite pour un live sur la BBC, Leonard Cohen est présent à son concert à New-York, Neil Young et Tracy Chapman l’invitent à faire leur 1ère partie, en 2010 il partage la tournée des Tindersticks).
Avant tout, Conor J. O'Brien qui forme les Villagers en 2008 à la suite de la séparation de son groupe The Immediate et qui s’entoure de Tommy McLaughlin, James Byrne, Danny Snow et Cormac Curran gagne un public et une belle renommée depuis la sortie de son premier album Becoming a Jackal en mai dernier. Conor perd sa jeune sœur une semaine après, et malgré cela, a le courage de continuer au-delà du drame qui le touche en faisant vivre sa musique avec une tournée qui prend de l’ampleur. Il se produit avec le groupe presque tous les soirs, ayant commencé par les états-unis où le disque est sorti en juin.

HomeMP3

Becoming a Jackal est la meilleure vente en Irlande depuis le mois de mai; les critiques l’acclament et le qualifient de « disque plein de charme et de mystère », comme le New-York Times et le Irish Times : « les Villagers créent le genre de musique qui va dépasser les genres pour prendre une grande envolée ».
Signés sur le même label que Franz Ferdinand et Arctic Monkeys, Villagers offre en effet un disque splendide. Folk, pop, ultra mélodieux, superbement construit et réfléchi, l’album égrène des mélopées qui coulent, sussurent, voltigent avec classe. O’Brien qui joue de la guitare depuis l’âge de 12 ans sait avec brio composer, écrire des textes, mettre en forme l’ensemble avec goût et style. Pour les amateurs de Glen Hansard, Neil Hannon, Duke Spirit avec qui il a récemment partagé la scène, vous retrouverez chez lui la sensibilité et la sonorité irlandaise.

Conor via ses mélodies, dont la poésie et la magie pourraient le muter en elfe, nous emmène explorer des thèmes intimes qu’il aborde avec délicatesse. L’instrumentation soft et acoustique parsème les titres de douceur, le clavier pop-psyché est parfois très dansant, quand le chant de Conor J O’Brien arrose les notes de finesse. Les violons, la basse, la guitare, le piano et la rythmique groovent sur The Pact et apportent un tempo engageant sur Home, ou sur Becoming A Jackal qui sonne un peu My Little Red Book de Love, drôlement bien rodé en balade sur Twenty Seven Strangers. Je retrouve même des accents d’Elliott Smith dans le titre To Be Counted Among Men. Becoming a Jackal des Villagers est une des meilleures productions de l’année 2010.
Myspace



Aucun commentaire: