Translate

samedi 5 juin 2010

Darwin Deez


Avec sa voix de crooner, pleine de charme, Darwin Deez débarque comme un extraterrestre. Musicien accompli, jouant de la guitare et composant depuis l'adolescence, il est de manière claire une valeur sûre de l'electro-pop.
Il compose et enregistre les 13 titres de son album Darwin Deez chez lui sur ordinateur et micro. Il y a de quoi donner la chair de poule aux groupes qui pensent que le passage en studio d'enregistrement leur garantit une qualité supérieure et un disque de pro à la clé. Entouré de ses amis sur scène, Darwin Deez est excellent, efficace et méningé.

Ultra dansants, les titres se succèdent sans fautes, homogènes et ébarbés. Ce jeune new-yorkais est un phénomène cinglant d'humour, une sorte de comète qui balance des beats ignés comme sur par exemple Constellations et Radar Detector. Sa personnalité atypique et drôle m'a semblé évidente en flashant sur la pochette du disque. En l'écoutant, le lascar lumineux surprend, séduit, et cette dimension exceptionnelle se confirme. Il y a du Chemical Brothers, Phoenix, Adam Green, Ben Kweller et un peu même de Radiohead qui vient à l'esprit bien que son charisme munificent apporte une nouvelle (anti)matière au genre pop lo-fi.



Les hand-claps omniprésents, le son numérique des claviers et des rythmiques, mêlés aux guitares électriques et basses créent une atmosphère céleste et cosmique en parfaite harmonie avec le thème du disque : Constellations "twinkle, twinkle little star, how i wonder what you are there’s a million little lights when the sky turns black tonight, are there patterns in our skies, are patterns only in our eyes?", Up in the clouds "dizzy from lack of oxygen or from the mood you put me in…? up in the cloudy stratosphere, gravity’s weaker when you’re near", Bed Space "hovering alarm clock is my satellite
, under little specks of starlight, on a flight".

J'ajoute une mention spéciale pour la voix. Le chant de Darwin Deez, loin de la lallation, est une exploration sensuelle des cordes vocales. Véritable instrument, elle est à la fois émouvante d'intimité et énergiquement combative. L'artiste sait marier les mots, les accorder avec son chant d'une sensibilité et gravité fort capable d'allumer la mèche, telle que celle de Bomb Song.
Ce bougre de musicien et interprète stellaire est détonnant et son disque Darwin Deez sorti chez Lucky Number le 12 avril 2010, est une bombe.
Chorégraphe inspiré, il lance la danse du printemps, à faire pâlir Michael Jackson.
myspace

Aucun commentaire: