Translate

vendredi 26 février 2010

Toy Fight


Ravissant univers pop emmené par Sébastien Brocca , maxime chamoux, david simonetta, el bert jaune et Mina Tindle, les Toy Fight sont français.

Il est si rare de croiser au détour d’un rayon de disques un album aussi sautillant, jovial, harmonieux. Les musiciens qui composent le groupe ont chacun une formation et se retrouvent sous le nom de Toy Fight depuis les années 2000. Après une séparation de courte durée en 2004, les voici en piste en 2006 en signant un premier album Anagram Dances, puis Peplum sorti en mai 2009.
Leurs inspirations respectives, leurs différentes personnalités font que l’album est riche de mélodies, varié et emballant. Sébastien, Maxime et David sont tous les trois prolifiques et chacun y va de sa griffe. Cette osmose et entente fait qu’il n’y a pas de tête dominante au sein du groupe et les trois composent, mitonnent des airs galopants dignes du guide michelin de la pop.





L’album est découpé par des interludes où s’inscrivent, tour à tour, les noms du trio infernal. Cela forme une écoute distrayante, surprenante. Impossible de s’ennuyer! Il s'agit de se laisser embarquer par la trompette, les claviers, guitares, glockenspiel, banjo et violons. L’ambiance saloon de Drum Drum Boy, banjo et piano, le bastingage chaloupé et psyché de la bossa de Golden Make up, le minimaliste mélodique de Tiffany, la rythmique sur absolument tous les titres, viennent d’un sacré travail de composition, soigné et passionné. Autant les fans de Belle & Sebastien aimeront, autant les amateurs de bossa brésilienne des années 60 ne décrocheront pas de cet album mirifique et aussi merveilleux qu‘un coffre à jouets.
Peplum est un bijou pop virevoltant d‘enthousiasme, les Toy Fight à suivre…et surtout à écouter !

myspace.com/toyfight



1 commentaire:

Pitseleh a dit…

J'ai également apprécié leur album mais j'avoue être resté sur ma faim quand je les ai vus au Café de la danse. A leur décharge, ils avaient le redoutable honneur de succéder à The Leisure Society...