Translate

samedi 28 novembre 2009

Geoffrey O'Connor


Tête pensante du groupe Crayon Fields, Geoffrey O'connor est actuellement un des meilleurs auteur-compositeur de pop du territoire australien. Pour les amateurs de musique sucrée et naïve que vénère Piggledy, comme les australiens Lucksmiths, Fred Astereo, ou encore les new-yorkais Essex Green et Ladybug Transistor, Geoff est votre homme.

Crayon Fields voit le jour en 2002, à Melbourne grâce à Geoff O’connor à la composition, chant et guitare, le bassiste Brett Hudson, le guitariste Chris Hung et le batteur Neil Erenstrom. Ils font paraitre un disque des plus charmants en 2006, Animal Bells, un ep détonnant en 2008, Mirrorball et réitèrent en septembre 2009 en signant chez leur ami et musicien virtuose Guy Blackman, All The Pleasures of the World.
http://piggledypop.blogspot.com/2009/10/guy-blackman.html


Ce cd est un cadeau auditif qui vous réchauffera l'hélix tout l'hiver. Geoff y signe une douzaine de titres superbes qui sortent de l'ordinaire et percutent l'attention. Les percussions et la rythmique, maracas, clochettes, tambourins sont aux petits oignons. Les cuivres ludiques et légers taquinent les cordes et les choeurs et nous palpent instantanément les hanches. Il invite son frère Nick à jouer au violon et une amie, Jessica Says au violoncelle ainsi qu'Esther et Juno, deux amis au chant et arrangements. Les années passées le groupe a assuré des tournées en Europe, Asie, Amérique aux côtés de Jens Lekman, Calvin Johnson, Mt Eerie/Microphones, Laura Veirs, The Blow, Dear Nora, Guy Blackman etc.

En 2007, derrière le nom de Sly Hats, Geoff sort en solo une pureté mélodique, du velours fragile, un duvet musical aux sonorités sixties, Liquorice Night attrape et plaque les airs en tête un bon moment. Geoff est un perfectionniste qui écrit et compose dans sa chambre, avec une humilité exemplaire et avec, selon ses termes, "un équipement décent". Il reprend son nom Geoffrey O'connor et oublie Sly Hats qu'il n'a jamais aimé, tout comme l'idée d'un alias. Car cet artiste, réaliste, la tête sur les épaules, signe la charte de l'inspiration sans borne et d'un talent qui lui ouvre des possibilités inouïes: du flamenco au rythm and blues, de la bossa à la pop orchestrée de Bacharach au psyché de Pet Sounds, et au charisme de Harry Nilsson. Geoff travaille à son prochain disque, plus musclé, futuriste, orné d'un style fantasy qui donnera envie de danser comme un capridé et de bouger ses tentacules. Insatiable, éloquent, ardent, Geoffrey O'connor est déjà souverain au pays de la pop.
myspace.com/geoffreyoconnor

dimanche 22 novembre 2009

Sonny Smith


Il arrive en 2002, originaire de San Francisco, avec son univers pop psyché qu'il propose dans This Is My Story, This Is My Song, son premier album. C'est drôle de constater l'avancée de Sonny Smith qui, il y a 8 ans chantait son titre Life in flames et revient le 17 novembre 2009 présenter son dernier bébé, Tomorrow is Alright et le titre single Too young to burn.
C'est son 5ème disque et rien ne semble perturber l'énergumène pianiste et guitariste, qui, inlassablement et avec humour, compose des morceaux aux sonorités pop-californienne groovantes des années 70 mêlée à l'ambiance psyché de Green Village des années 60. Il y a du Jonathan Richman et Alex Chilton, du Lou Reed et Syd Barrett dans ses chansons.


Sonny Smith, prestidigitateur de l'orchestration est un musicien complet et touche à tout. Ecrivain, journaliste, il écrit et dirige des films; dans une interview il énonce ses lectures: Kerouac, Brautigan, Miller, Bukowski, Jean Genet, Celine, Burroughs. Il griffonne des nouvelles pour Watchword Literary Magazine qui lui demande en 2002 de produire un disque collectif One Act Plays sur lequel on retrouve Edith Frost, Neko Case, Miranda July, Jolie Holland, Andy Cabic, Virgil Shaw, Mark Eitzel, John Dwyer etc. Alors que Carrie Bradley des Breeders apparaissait sur son 1er disque, avec Ralph Carney musicien de Tom Waits, Julie Holland prenait part à son 2ème album Sordid Tales of Love and Woe, Sweet Lorraine. En 2005, il travaille sur son 3ème album Fruitvale avec Leroy Bach du groupe Wilco.

Sonny Smith aime les collaborations et en 2009, ne fait plus cavalier seul. Il s'entoure d'autres artistes pour son nouveau projet appelé Sonny & the Sunsets, comprenant Kelley Stotlz and Tahlia Harbour. D'autres artistes apparaissent sur Tomorrow is Alright, John Dwyer, Tim Cohen et Shayde Sartin; La troupe forme une sorte de chaudron à potion magique. Les judicieux arrangements sont acoustiques, les textes narratifs, parsemés d'humour sur les mélodies ensoleillées de l'orgue fuzz; L'ambiance pop-garage des guitares est agrémentée de handclaps, de trompettes et de choeurs "feu de camp". La personnalité de Sonny Smith est fraiche, joyeuse, entrainante et ses disques en sont les ambassadeurs. Mieux vaut être réactif car les précieux albums de Sonny sont produits à 500 exemplaires et on commence déjà à se les échanger sous cape.
myspace.com/sonnythesunsets
sonnysmith.com

mercredi 18 novembre 2009

De Kift


Groupe des Pays-bas, De Kift a 20 ans et a des productions aussi variées et colorées que les tulipes et mimolettes du plat pays. Que ce soit sur Vinyle ou sur cd, les 8 compères aiment reprendre des chansons d'artistes qu'ils admirent comme les Franz Ferdinand (Heisa-ho). Ces groupes adaptent en retour les titres des hollandais. Calexico reprend De Kift, par exemple ou bien encore Zita Swoon.

En 1989, les débuts sont dans la mouvance punk puis le style évolue entre le folk et la pop fanfare. Les guitares et les trompettes habillent l'univers nostalgique, parfois mélancolique de De Kift qui utilise des textes littéraires et poétiques dans ses chansons, comme la plume de Erich Maria Remarque ou d'Alexandre Pouchkine.
Ils participent lors d'un duo avec Arthur H à l'album dédié à Dick Annegarn en 2006, Le grand Diner. Ferry Heijne, le chanteur de l'ensemble, mais aussi joueur de trombone et trompette, invite son père, jeune retraité trompetiste à rejoindre la troupe. S'ajoute à l'atmosphère familiale, son frère Pim à la guitare et son neveu Mathijs Houwink à la basse.

Les cuivres et le timbre de voix de Ferry envoûtent. De Kift nous cueille dès qu'une oreille trempe dans cet atmosphère chaloupée de folklore nordique. Tous les marins qui flambent leurs florins, tous les moulins et les coffee shops d'Amsterdam, de Rotterdam vivent dans les notes de De Kift. Depuis le début du mois de Novembre, le groupe assure des concerts de Mont de Marsan, en passant par Toulouse, St-Lys et Gouda. Ils invitent à la découverte de leur âme en chantant en néerlandais à travers les rues de Rennes ou de Paris; Généreux, musiciens jusqu'au bout de leurs cravates, de 30 à 70 ans, les De Kift ont une personnalité et un son prodigieux unique en son genre. Albums et vidéos sur le site officiel à découvrir pour fêter avec eux ce bel anniversaire !
myspace.com/dekift
dekift.nl

#85.1 - DE KIFT - BEGUINE

dimanche 15 novembre 2009

Will Stratton


Il compose What The Night Said son premier album à l'âge de 17 ans, Will Stratton est alors déjà diplômé et commence l'université dans le Vermont. Suit le EP, vile bodies.
Aujourd'hui le jeune auteur, compositeur, interprète et producteur de 22 ans nous présente son album sophomore No Wonder, sorti le 3 Novembre dernier. Quels disques !!!

Son opus est considérable, fort impressionnant, de la veine de Nick Drake. Will reprend d'ailleurs le merveilleux Place to be avec un brio à couper le souffle et à faire disjoncter la moelle épinière. Son deuxième essai, Vile Bodies en téléchargement libre sur son site, est un coup de maître. La guitare semble venir du fond des âges, sa voix est d'une musicalité impressionnante, les titres sont riches de maturité et la pochette représentant une gravure médievale, chevaliers en armure, épée à la main en dit long sur son univers. En écoutant Your Grace, on se demande si Will Stratton n'est pas un paladin qui traverse les siècles. Il joue en pinçant les cordes de sa guitare comme un orfèvre, ajustant son chant sur les arpèges prestigieux; c'est subtil et intègre.


Quant à sa dernière production qui date de quelques jours, l'écriture et les compositions atteignent un niveau artistique fantastique. Les violons et trompettes rejoignent les morceaux pop et folk pour évoquer Robin des Bois, Franny, personnage de Salinger ou encore Judas. Les thèmes historiques, romanesques ou encore personnels comme dans Nineteen ou New Jersey sèment de l'émotion. Les mélodies inspirées et touchantes font leur effet. L'instrumentation est parfois lyrique, parfois powerpop, parfois countrypop où le cor d'harmonie anglais vient superposer le tambour d'orchestre.

Will Stratton fait partie de ces prodiges qui transforment en or tout ce qu'ils bricolent. Très jeune avec déjà un sens de l'instrumentation si parfait, une connaissance et maitrise des instruments et du patrimoine musical des grands songwriters, une personnalité artistique si inspirée et contemporaine; Son talent me rappelle un proche et me ramène à lui. Gilbert Cesbron disait dans Bonheur de rien, "Chacun de nous possède une musique d'accompagnement intérieure. Et si les autres l'entendent aussi, cela s'appelle la personnalité".
myspace.com/willstratton
willstratton.com/

lundi 9 novembre 2009

Nik Freitas



Nik Freitas, est un auteur-compositeur de Californie qui, photographe de métier est aussi un passionné de musique multi-instrumentiste. Il a à son actif 5 disques qu'il produit lui-même sauf le dernier qui est enregistré par Conor Oberst. C'est avec ce dernier qu'il joue en tournée dans le fameux Mystic Valley Band mais aussi sur les albums, comme le dernier d'Oberst Outer South.

Nik Freitas est un artiste qui griffe ses compositions de sa personnalité et ses experiences de vie. Il sort son premier disque à 23 ans en 2002, Here's Laughing At You, l'année qui suit Heavy Mellow, l'excellent Voicing the Hammers en 2006, dans la foulée Shoe Bee Do Bop et enfin le dernier Sun Down.



Il commence à se faire un nom en partageant une tournée avec Jason Lytle (Grandaddy), puis avec Oberst fait une centaine de dates tout en ecrivant et composant Sun Down. Il vient nous le presenter en Europe dès mai 2009.
Freitas c'est un coktail d'Elliott Smith, de Josh Rouse, de Brendan Benson, comme il le dit lui même, un air de Graceland mêlé à Abbey Road. C'est superbe et mélodieux. Les chansons sont construites de manière pop, parfois minimaliste parfois sunshine. Le piano et les guitares au profil rock british accompagnent le tambourin et des "lalala", des "houhouhou" pop californiens. Certains titres swinguent, d'autres sont plus mélancoliques et tous rendent honneur au folk dans une musicalité effervescente. Il y a 5 chansons offertes sur le site de Daytrotter, enregistrées en live dans leurs studios.


Nik Freitas appose sa voix magnifique sur ses instrumentations pop, comme dans see me there et enregistre un album moderne souligné de références. En écoutant it aint like that, je pense à Dylan, inévitablement. Les 10 titres de Sun Down sont fraichement parsemés de trompettes et d'orgue. Sun Down est ensoleillé, une réussite absolue.

myspace.com/nikfreitas
nikfreitas.com/