Translate

dimanche 15 novembre 2009

Will Stratton


Il compose What The Night Said son premier album à l'âge de 17 ans, Will Stratton est alors déjà diplômé et commence l'université dans le Vermont. Suit le EP, vile bodies.
Aujourd'hui le jeune auteur, compositeur, interprète et producteur de 22 ans nous présente son album sophomore No Wonder, sorti le 3 Novembre dernier. Quels disques !!!

Son opus est considérable, fort impressionnant, de la veine de Nick Drake. Will reprend d'ailleurs le merveilleux Place to be avec un brio à couper le souffle et à faire disjoncter la moelle épinière. Son deuxième essai, Vile Bodies en téléchargement libre sur son site, est un coup de maître. La guitare semble venir du fond des âges, sa voix est d'une musicalité impressionnante, les titres sont riches de maturité et la pochette représentant une gravure médievale, chevaliers en armure, épée à la main en dit long sur son univers. En écoutant Your Grace, on se demande si Will Stratton n'est pas un paladin qui traverse les siècles. Il joue en pinçant les cordes de sa guitare comme un orfèvre, ajustant son chant sur les arpèges prestigieux; c'est subtil et intègre.


Quant à sa dernière production qui date de quelques jours, l'écriture et les compositions atteignent un niveau artistique fantastique. Les violons et trompettes rejoignent les morceaux pop et folk pour évoquer Robin des Bois, Franny, personnage de Salinger ou encore Judas. Les thèmes historiques, romanesques ou encore personnels comme dans Nineteen ou New Jersey sèment de l'émotion. Les mélodies inspirées et touchantes font leur effet. L'instrumentation est parfois lyrique, parfois powerpop, parfois countrypop où le cor d'harmonie anglais vient superposer le tambour d'orchestre.

Will Stratton fait partie de ces prodiges qui transforment en or tout ce qu'ils bricolent. Très jeune avec déjà un sens de l'instrumentation si parfait, une connaissance et maitrise des instruments et du patrimoine musical des grands songwriters, une personnalité artistique si inspirée et contemporaine; Son talent me rappelle un proche et me ramène à lui. Gilbert Cesbron disait dans Bonheur de rien, "Chacun de nous possède une musique d'accompagnement intérieure. Et si les autres l'entendent aussi, cela s'appelle la personnalité".
myspace.com/willstratton
willstratton.com/

Aucun commentaire: