Translate

samedi 19 septembre 2009

Kings of Convenience



Un brin de notes fleuries bossa annonce le troisième album des Kings of Convenience. Ils sortent un premier LP en 2001 Quiet Is The New Loud qui mène illico le duo norvégien au top des ventes de disques et à une renommée mondiale.

Le deuxième Riot On A Empty Street arrive en 2004, après avoir été amplement attendu et offre la collaboration de la chanteuse Feist, leur amie depuis leurs débuts.

Il aura fallu patienter 5 années pour ce grandiose Declaration of Dependence. (sortie prévue le 29 octobre 2009), période pendant laquelle Erlend monte brillamment son affaire en solo avec The Whitest boy alive.
piggledypop.blogspot.com/2008/02/whitest-boy-alive.html


L’impatience des fans des KOC est comme à l’accoutumée, fortement justifiée. Cet hymne à la liberté, déclaration d’indépendance signée des mains de Erlend Øye et Eirik Glambek Bøe comportant 13 titres est un bijou absolu. L’ambiance est ensoleillée, la rythmique tropicale, à l’image de la pochette, différente des photos passées et de leur programme musical davantage en osmose avec l’univers cosy au coin du feu ou de fraiches escapades dans les fjords.
De manière fidèle, on retrouve l’instrumentation qui fait toute la splendeur et l’originalité du duo, guitares acoustiques, piano, violoncelle, contrebasse. Leurs deux voix, suaves et soft s’accordent toujours dans un splendide unisson.

Quant au thème, il se trouve imagé par le voyage, en bateau cette fois-ci, laissant de coté les trains, comme dans Boat Behind, My ship isn’t Pretty.
Si vous ne connaissez pas encore les Kings of Convenience, welcome on board, cet album est un excellent indice de leur style et ne peut que plaire aux néophytes. Pour les amateurs des Kings, un titre bonus bien connu Riot on an Empty street apparait à la fin de l'écoute..
kingsofconvenience.org
whitestboyalive.com

Aucun commentaire: