Translate

vendredi 9 janvier 2009

James William Hindle


L'angleterre garde les joyaux de la Couronne et parmi eux, le compositeur interprète, James William Hindle qui vit à Glasgow. Shakespeare disait "la musique est l'aliment de l'amour". Avec Sir Hindle vous ne risquez pas d'avoir faim.

Apparu avec un premier disque éponyme en 2001, signé chez le label de San Francisco, Badman Recording, main dans la main avec Track and field, génial label de Londres, James William Hindle est le digne héritier spirituel de Nick Drake. Sur ses compositions, il y a du violon, du violoncelle, de la guitare acoustique essentiellement. Le piano et clavier y sont présents ainsi qu'une rythmique primordiale, qui nimbe l'écoute d'une atmosphère intimiste et feutrée.

Le collectif de musiciens américains qui compose Elephant6 repère le sujet anglais. De suite, ses membres, Of Montreal, Ladybug Transistor, Essex Green etc, demandent à James de les accompagner en tournée. Se lie une grande complicité artistique entre eux et voici Gary Olson (Ladybug Transistor + Essex Green) promu ingénieur du son pour le deuxième album de 2003, Prospect Park et producteur de l'album qui suit en 2005, Town Feeling, enregistré à Malboroughs Farms, Brooklyn, chez Gary (cf Piggledy 29/07/08 ). Entre temps, James joue en tournée avec Essex Green et apparait en guest sur l'album The Long Goodbye, sur celui de Sacha Bell, Destination Girl, avec d'autres collaborations encore par poignées !
Sur Town feeling, les instruments règnent en paix et avec grâce. Une ribambelle de sons sortent de la guitare et du banjo, du violoncelle, du tambourin, pour orner ce disque parfait du début à la fin. En bonus, la cerise sur le gâteau, qui ne gâche pas mon plaisir, Hindle offre la reprise des BeeGees I Started a Joke avec une belle sensibilité.

Récemment, alors qu'il prépare en studio un disque en solo qui sortira en 2009, James William Hindle et son acolyte Calvin Halliday forme le duo Hindle & Halliday. Ensemble ils créent une équipe pop-folk féerique. Leurs deux voix se reflètent et font scintiller un ensemble de compositions de style americana des plus délicates. Evidemment, on retrouve dans leur projet la participation collective du bassiste Gavin Cormack, Otto Hauser, Kyle Forrester,Neil Cleary (producteur), Chris Ziter, Sasha Bell, Julia Rydholm, Jeff Baron, Gary Olson, des groupes Essex Green et Ladybug Transistor, mais aussi des membres des Of Montréal comme James Huggins.
Hindle fait ses armes en jouant sur scène et en studio aussi avec The Shins, Devendra Banhart, Six Organs of Admmittance, The Decemberists, Bonnie 'Prince' Billy, Antony & The Johnsons. Il continue également son travail de producteur pour d'autres groupes, assure des concerts avec son ami Calvin Halliday depuis 2007, tout en écrivant ses titres et composant des bijoux mélodiques, comme sur Goat, album en duo avec James Green, ou son dernier en solo, Joshong de 2006. James William Hindle est un boulimique de musique "sweet and lulling hum" qu'il transcende (New-York Times).
www.myspace.com/hindleandhalliday

1 commentaire:

daniel a dit…

C'est en rédigeant un billet sur le grand Merz ( billet dans lequel je cite l'immense James William Hindle ) que je tombe sur ton blog . Je ne peux donc que t'inviter à passer sur le mien !