Translate

jeudi 11 décembre 2008

Otis Redding

"I had a dream" cette nuit, plutôt un cauchemar : la musique afro-américaine n'était plus représentée que par des gros rap'eurs bourrés d'amphétamines, de chaines en or pendouillantes, et de bimbos plein le coupé toyota...Si l'élection d'Obama apporte du positif sur le plan sociologique, qu'apporte t-elle à la musique?
Les artistes blacks vont-ils se pavanaient tels des kings du RnB plus riches que Beckham? Est-ce la fin du blues, des grands musiciens noirs-américains qui se battaient contre l'oppression depuis les années 50 en composant de la soul, luttant pour être libre de se produire en public et érigeant de grands labels comme la Motown ou la Stax?
On tourne une page. Certes. Mais adieu aussi au Blues, à la Soul, au Gospel, bye-bye BB King, Sam Cooke, Aretha Franklin, Ray Charles. Place au Bling-Bling.
Alors ce matin j'écoute le conseil du groupe Okkervil River qui chante Listening To Otis Redding At Home During Christmas....

Mort à 26 ans dans un accident d'avion, Otis Redding laisse derrière lui un sacré patrimoine musical. De son enfance en Georgie à la rencontre déterminante de sa courte carrière avec le guitariste blanc Johny Jenkins (Pinetoppers), sa vie est un roman. Jenkins sera le premier à jouer de la guitare à l'envers étant gaucher et à influencer Jimmy Hendrix. Otis Redding intègre le groupe des Pinetoppers à 19 ans. Il a 22 ans en 1963 quand il se produit sur la scène de l'Apollo à New-York aux côtés de Rufus Thomas et Ben E. King. Rufus Thomas sera le premier artiste signé chez le label Stax pour un duo avec sa fille Carla.

Carla Thomas sera plus tard la complice de Otis Redding et il feront un disque ensemble King & Queen paru en 1967 et réedité en 2001. Superbe vinyle.
Il signera My Girl, Respect, chanté par Aretha Franklin, Tramp, Knock on the wood, Sitting on the Dock of the Bay...etc. Otis Redding fait donc partie des pionniers du blues et de la soul. Le chercheur d'or, ce créateur d'eternelles pépites disparait le 10 décembre 1967. Pour son combat pour le respect et la liberté des gens de couleur dans l'industrie de la musique, beaucoup lui doivent une fière chandelle.
otisredding.com


Aucun commentaire: