Translate

mardi 2 décembre 2008

Eugene McGuinness


Comme son nom l'indique, Eugene est irlandais. Il vit désormais à Liverpool et s'y construit une jolie carrière qui démarre en grande pompe. Cet artiste de 23 ans est un assaillant mêlé d'un poète, un guerrier aux allures de troubadour, un astéroïde musical. Impressionnant de par son talent, il compose seul des mélodies furieusement impéccables et écrit des paroles sous forme de scénario mirifique. Ca sonne spontané, drôle dans les textes, original dans les compositions, un vrai régal mélodique. Eugene McGuinness sort en Octobre 2008 son premier album éponyme.
Les douze titres sont riches d'instruments, riches de sonorités fracassantes où la voix d'Eugène fait raisonner une maturité et une énergie sans faille. C'est d'un pas assuré et de sa lame de fleuret acérée que l'escrimeur McGuinness surgit dans le monde de la pop.

Sur son pied d'appui, l'auteur-compositeur présente l'arme dès les premières notes, angulations de poignets sur la guitare endiablée. Il donne du coffre sur le rythme offensif de la batterie de Rings Around Rosa et de Fonz, puis entonne un chant en chorale angélique. Avant de lancer l'assaut, Eugène nous câline l'oreille sans compter avec des arpèges de guitares, de violons magiques dans Wendy Wonders et dans Those Old Black And White Movies Were True. Quand arrive Moscow State Circus, cela fait belle lurette que l'on fait office de brochette. Après Crown the clown, puis Not So Academic, la cible est ébranlée. Le piano, l'ambiance saloon, les balades cadencées, que l'on retrouve dans God In Space qui conclut l'écoute sur les archets des violons, la guitare, les claviers psychédéliques, les handclaps, produisent un effet progressif et alternatif. L'album est une réelle et belle réussite; Eugene McGuinness est déjà un des glorieux disques pop de notre génération. Magistral ! (vidéo: Moscow State Circus)
myspace.com/eugenemcguinness85

Aucun commentaire: