Translate

samedi 12 juillet 2008

Okkervil River


Okkervil River est le groupe qui a donné de l'impulsion au mouvement folk-rock. Rencontrés dans leur lycée du New Hampshire en 1993, Will Sheff, chanteur et guitariste, Zach Thomas à la basse et mandoline, Seth Warren à la batterie ne se quittent plus et partent vivre dans la ville rockeuse et texane, Austin. C'est là qu'ils baptisent le nom de leur groupe inspiré par un roman de l'auteur russe Tatyana Tolstaya. Ils se lancent dans l'aventure en 1998 avec un ep nommé Bedroom, puis un autre de 7 titres Stars Too Small to Use qui leur permettent de faire de la scène, notamment une où ils rencontrent le quatrième membre du groupe, Jonathan Meiburg qui joue du piano et accordéon. 2000 est l'année d'une grande tournée, d'une grosse promotion assurée grâce à des passages radios, concerts, articles dans la presse. En 2001, Sheff et Meiburg créent parallèlement les Shearwater, et les deux groupes tourneront ensemble en 2004.

Pour Okkervil River c'est l'effervescence et 2002 marque un tournant dans leur carrière. Ils signent leur premier album Don't Fall in Love with Everyone You See, s'ensuit en 2003 Down the River of Golden Dreams. Un nouveau musicien s'ajoute alors à la troupe en la personne de Travis Nelsen pour la batterie, Seth Warren se met au clavier. Zach Thomas est lui remplacé par Brian Cassidy, guitare et mandoline. Ces départs n'ont rien de définitif puisque toujours amis, ils se retrouvent parfois sur scène. 2004 est l'année du troisième album et de la consécration du groupe. Black Sheep Boy sort avec en bonus la présence de cuivres, cors et trompettes. Les critiques fusent, sont dithyrambiques. On se prend au jeu des compositions majestueuses mi-folk, mi-rock avec la voix de Shell pure et lyrique. Les textes font preuve d'un réalisme déroutant, évoquant des meurtres, la mort, des ruptures et pertes sentimentales, thèmes empruntés à l'actualité. Will Shell dit que les paroles ne viennent pas de leur propre expérience mais de leur état de spectateurs choqués par les faits divers relatés à la télé, comme celui décrit dans la chanson Westfall d'un enfant qui a tué une jeune fille. Les paroles parfois tristes ne correspondent pas du tout à leur personnalité, souriante et créatrice.

2005 les Okkervil River sont en tournée internationale, très longue et intense, qui leur inspirera l'album Stage names en Août 2007. L'album a comme sujet la solitude que procurent ces longs trajets, les aventures sur la route, les rencontres..Décembre 2007 c'est noël, le groupe offre un album gratuit sur internet, Golden Opportunities, comprenant 8 reprises et 1 titre inédit. Parmi ces chansons, I Came Here to Say I'm Going Away (je suis venu te dire que je m'en vais) de Serge Gainsbourg enregistrée live dans l'émission de Stéphane Bern, le Fou du Roi.
Certains disent des Okkervil River qu'ils sont artistiquement insurpassables. Leur oeuvre a de la substance, une entité spirituelle que je confirme. Elle frôle la perfection quand on les voit jouer au sein d'une église, avec les orgues, trompettes, banjo, mandoline, percussions à foison. Leur musique emerveille et touche. Le prochain disque qui s'intitule The Stand Ins sortira le 9 septembre 2008, mais en attendant, les Okkervil, dont font partie désormais Patrick Pestorius à la basse et Scott Brackett pour la trompette et clavier, sillonnent les Etats-Unis et l'Europe avec un concert par jour du 18 juillet au 12 novembre.
myspace.com/okkervilriver

Aucun commentaire: