Translate

mardi 29 juillet 2008

Ladybug Transistor


Groupe de Brooklyn, les Ladybug Transistor voient le jour en 1995, grâce à Gary Olson son auteur et chanteur. Jeune, Gary découvrait la musique sur sa radio en forme de coccinelle, Ladybug Transistor avait donc un destin tout tracé... Gary enregistre ses albums chez lui dans sa maison Marlborough Farms à New-York. Le nom de la maison de campagne-studio d'enregistrement sera le nom de son premier album en 1995.




Le deuxième album Albermale Sound sort en 1999 et déjà se profilent les nobles qualités d'artiste de Gary qui offrent des instrumentations révolutionnaires au moment où la pop est étouffée par le revival Rock même si à ce moment on écoute Belle and Sebastian, une aiguille dans une motte de foin, les Left Bank et le Velvet Underground ne sont plus que des souvenirs. En 2001, Gary remet un coup de collier avec Argyl Heir, pop-psyché-baroque et, de suite, le style sophistiqué des compositions fait penser à Bacharach ou Brian Wilson. En 2003, entouré de Jeff Baron, Julia Rydholm, Kyle Forester, San Fadyl, monsieur Olson revient avec sa voix de velour et trompettes, flûtes, saxo, violons, violoncelles, orgues, tambourins, guitares pour un album éponyme. Le menestrel au chant d'or poursuit son travail d'orchestration monumentale à l'âme sixties avec panache et naturel. Désormais Ladybug Transistor se hisse au rang des maitres des arrangements pop.

Pour la première fois, Ladybug Transistor est un album enregistré à Tucson avec la collaboration de Craig Schumacher, producteur de Neko Case et Calexico qui participe en jouant de l'harmonica et de la trompette. Il y a aussi Paul Niehaus de Calexico qui joue de la guitare, Dennis Cronin de Lambchop joue de la trompette et Kevin Barker de la guitare accoustique. En 2006, Gary co-produit et collabore au dernier album de Kevin Ayers The Unfairground. Le groupe assure des tournées dans le monde entier aux côtés de Camera Obscura, Lucksmiths, Aislers Set, Fred Astereo, The Clientele, Great Lakes dont le leader Ben Crum joue désormais avec les Ladybug.
Puis c'est le désarroi. Le plus chouette des batteurs, leur ami, San Fadyl, décède. Le dernier album sorti en 2007, Can't Wait Another Day, gardera un goût amer puisque San joue sur les enregistrements son absence marque la tournée. La qualité du disque est évidemment au rendez-vous et attise la flamme Ladybug Transistor qui poursuit sa route.

A la croisée des chemins il y a même les Belle and Sebastian qui invitent Gary à chanter sur God Help the Girl, titre écrit par Stuart Murdoch sur Perfection as a Hipster.
Leur succés est mérité car à mes yeux, les Ladybug Transistor sont les meilleurs. (vidéo: Always on the telephone)
Info/ le groupe prévoit de passer en Espagne en Novembre.
myspace.com/marlboroughfarms

Aucun commentaire: