Translate

jeudi 26 juin 2008

Michael Leviton


Auteur-compositeur, Michael Leviton est un esthète de la pop. Ce troubadour des temps modernes est un romantique patenté. Né en Californie, il vient s'installer à Brooklyn en 2002. Son premier album solo My Favorite Place to Drown sort en 2006 alors qu'il joue et chante au sein d'un autre groupe pop La Laque, groupe New-yorkais qui entonnent les chansons dans la langue d'asterix! Comme le titre Weekend qui est succulent.
Les textes de l'album de Michael fleurent bon l'air iodé, les plages et vagues, il y a aussi du soleil, du ciel bleu et des femmes. Armé de son ukulélé, il joue des airs un peu old-fashioned, aux arpèges d'antan et alterne avec des mélodies plus rock, plus pop avec une suite royale d'instruments: piano, guitare, violoncelle, glockenspiel, contrebasse, tambourin, batterie. Pour compléter ce sentiment d'abondance, des voix féminines se joignent à la sienne pour des duos.


Le disque est un divertissement tout le long de son écoute, on sourit, on s'extasie, on dodeline du chef. Doué d'humour, ses paroles au parfum maritime "the day wears on, i'm weak as a plankton, i'm small as a prawn.." sont croustillantes de drolerie. Il nous parle de ses souvenirs en maniant et tournant ses mots et finalement ses ruptures et chagrins d'amour en deviennent amusants. Dans I'm in love with the tip of your icebergs, il écrit "must you always play the glacier, must i play Titanic?". Il y règle également parfois ses comptes "to find the dumbest girl in the world, and they are all competing real hard, you've got it in the bag; i know you'll win the crown"
Pianiste depuis son enfance, Michael se met à la guitare à 16 ans, puis se découvre une réelle passion pour le ukulélé dont il est aujourd'hui professeur. Il dit "once you start playing the ukulele, it changes your life forever". C'est aussi l'avis du suédois Jens Lekman ou encore de groupes comme Beirut qui depuis le début 2000 ont remis cet instrument sous les feux de la rampe.
Michael joue du ukulélé bariton, apparu dans les années 40, plus grave et intime que le soprano. Cette sonorité rime avec l'atmosphère de My Favorite Place to Drown, qui propose des balades délicates, des perles pop smarts et élégantes. Les amateurs de pop ont pu constater le talent de Leviton lors de sa tournée en 2006 avec les They Might be Giants et Aurevoir Simone et attendent le second disque avec célérité.
Album conseillé aux amoureux de Chet Baker, Jens Lekman, Chris Garneau, Beach Boys, Luke Temple, Jeffrey Lewis, Beirut.
(vidéo: The Beach Gets Gold)
myspace.com/michaelleviton

Aucun commentaire: