Translate

mercredi 18 juin 2008

Club 8


Club 8 est un couple suédois composé de Karolina Komstedt et Johan Angergård, tous les deux jadis du groupe Propace. C'est en 1995 que le duo apparait avec un single Me too aussitôt signé chez Siesta Records, l'album Nouvelle suivra. Le groupe part chez le label Labrador où il enregistre The Friend I Once Had (1998), Club 8 (2001), Spring Came, Rain Fell (2002), plus electro-dub et triphop que les autres. L'album suivant Strangely Beautiful (2003) est classé dans le top 20 des charts américains. Un break laisse le temps à Johan de créer un second groupe The Legends et enregistrer avec eux 3 disques entre 2004 et 2006. Il intégre en même temps le groupe Acid House Kings (cf Piggledy 26/03/08).
Tous ces groupes sont complices à la vie comme à la scène. Ils créent ensemble un studio d'enregistrement: Summersound Studios.


Et c'est là qu'après ce hiatus de 4 ans, les Club 8 repartent la fleur au fusil pour un sixième album en 2007, The Boy Who Couldn't Stop Dreaming. Ayant touché à plusieurs styles, Club 8 fait un album truffé de compositions pop, résonnant comme The Smiths, Papas Fritas, ou du pur jus Sarah Records, guitares, une diablesse de basse, clavier psyché, piano, cordes et la voix indétrônable, divine de Karolina.

Le disque est habité de pop naive, indé jusqu'au bout des doigts. J'aime la distance dont font preuve les deux artistes, distance qu'ils chantent dans Whatever you Want from me, whoever i try to be, i will never be there, i can never be her in your society... CQFD.
A l'ecoute, c'est un soufflet de papapa, de tadadada, de claphands. La twee pop est bien là, dans le format classique couplets+ refrains mais aussi dans les paroles, éloignées de la protest-song. C'est la recette idéale de symboles pop, voix cristalline, tambourin, maracas, mélodies simples et balançantes, textes mirifiques ou mélancoliques, ambiance old-school. Steve Lamacq de la BBC Music est un fan des Club 8 et vient de nominer Heaven dans sa Rebel Playlist (plus honorifique que la légion d'honneur !

Il y a du tempo, du stimulant dans When i come Around, football Kids, Sometimes et ses violons aiguisés, une profondeur dans Leave the North avec sa note d'une froideur dont je suis partisane. Il y aussi de la douceur dans In the Morning, de la nostalgie dans Birds don't fly avec son violoncelle et son choeur de voix digne des airs des années 50. Mais pour l'heure, Club 8 nous propose un 5 titres dont le superbe et très personnel Jesus, Walk with Me.

1 commentaire:

Oprah a dit…

Good for people to know.