Translate

mardi 20 mai 2008

Steve Goldberg

Steve Goldberg débarque. Ras la casquette de la pseudo nostalgie rock'n roll, le sang neuf et le son contemporain est en lui.
La pop sixties devient la pop 21century et fait peau neuve avec ce brillant Goldberg qui arrive de Pennsylvanie tel le dauphin de la pop orchestrale. Potentiellement classable entre les Decemberists, Lucksmiths et Divine Comedy, le jeune homme se révèle encore plus novateur.
Il propose à la fois des références historiques, une satanée belle voix sur des paroles burlesques et une orchestration qui enthousiasmerait et ferait se convertir tous les plus grands compositeurs classiques au pop-rock. Il inspire déjà le respect.

Ce jeune américain diplomé de Carnegie Mellon University a présenté son album How I remember Them en 2005. Le disque est un troublant hymne aux batailles et personnages historiques, The Battle d'Agincourt, Historiography et c'est aussi une panoplie de ses aventures, avec en bonus une reprise de Book of Love des Magnetic fields. En 2007, après avoir joué dans les bars avec ses acolytes surnommés Arch enemies et y avoir présenté ses compos, Steve propose un album éponyme, Steve Goldberg and the Arch Enemies. Brillant et drôle, les titres sont tous fabuleux: un disque d'excellence. Masteurisé par Garrett Haines des Starlight Mints, enregistré avec 22 instruments différents au sein du campus à l'aide de tous les étudiants de sa promotion, après plusieurs mois de dur labeur, Steve présente son travail devant le jury de sa thèse à l'université.

L'objet est à la fois amusant et intelligent. C'est sur des airs de cors, de trombones, de percussions des plus gaies dans Artichokes que Goldberg nous explique pourquoi la belle lui a volé son coeur "she's got a way with crème brulée, Her bouillabaisse comes to my aid". Dans Julia, on retrouve les arpèges de Green Sleeves, chanson médievale écrite par le roi Henry VIII. Cette chanson, avec du clavecin, une basse, violoncelle et violons, cuivres est extraordinairement drôle et troublante; "Julia you got a lovely uvula, i wanna take you to Florida, so please say yes, we'll start a family, play lots of D&D and watch the Goonies on VHS". The Summer's ending et The Road sont convaincantes. L'album m'accompagnera lors de mon prochain voyage.
Les Arch enemies, Mink Shoals, aka Eric Ericcson, aka Enrique Iglesias et JJ Josephs aka Triple J aka TJ Maxx et Steve Goldberg nous offrent une toute récente démo sur le myspace, Things I Used to Know.
stevegoldbergmusic.com



Aucun commentaire: