Translate

mercredi 30 avril 2008

The Oaks

The Oaks c'est Ryan Costello et Matthew Antolick. Les deux se rencontrent à la fac d'Orlando en 1999. Et ils se sont bien trouvés car leur interet commun pour la musique nous aura offert leur 1er album Our Father and The Things They Left Behind en 2007 et le prochain qui sort début mai 2008, Songs for Waiting. Les deux disques ont la patte pour le mastering de Alan Douches qui a aussi enregistré Graceland de Paul Simon, et Illinois de Sufjan Stevens.
L'histoire des Oaks, comme celle des chansons est hors des sentiers battus, elle est extraordinaire et belle.

2001, Ryan (qui écrit les textes) entend la nouvelle: Massoud vient d'être assassiné. Dès lors, le jeune guitariste décide d'y attacher une attention particulière et se joint au Global Hope Network en 2002 pour partir vivre deux ans en Afghanistan. Il vit aux côtés des réfugiés, leur enseigne l'agriculture et autres techniques de survie. De loin, Matthew peaufine ses études et obtient son Master ès Ethique-Environnementale. Les deux compères écrivent et composent à distance, par emails, puis travaillent ensemble en studio dès le retour de Ryan en Floride.
Ce séjour sera la source même de leur inspiration dans les deux albums. Ryan et Matthew le disent eux mêmes, certains écrivent des chansons en parlant de leurs expériences personnelles, le sexe, la drogue, les jeans slim, mais pour eux deux il n'y a pas de comparaison, l'essence de leur musique est tout autre. Leurs expériences personnelles sont nobles.

Entre un style pop-lyrique et jazzy les Oaks utilisent la batterie, instrument de Matthew, les guitares, orgues, synthé, et voix pour Ryan, les tambourins, le trombone et mandoline joués par Jeremy Siegel , les trompettes, cloches et percussions, piano joués par Tim Coking, le saxophone avec Greg Willson, et un ensemble de voix, accordéon, percussions de la main de Melissa Reyes.
Les compos groovent, swinguent ou bien sont douces et voluptueuses. La voix de Ryan est accompagnée de celle de Melissa et tous les autres viennent en choeur. Les textes sont émouvants d'humanisme (The Two Calls, Pike County). L'aide, l'apport moral, le poids de la parole et de l'action sur le terrain sont déclinés tout en poésie et lyrisme (War Changes Everything, Masood). Le sens est très philosophique mais reste discret et non pas moralisateur. Les deux leaders reconnaissent que les métaphores viennent plus facilement avec la maturité. Dans After the fires ils parlent de la résistance après la tragedie, et s'inspirent aussi de l'auteur Flannery O'Connor que les deux aiment lire et qui reprend dans ses livres l'idée de cette "résistance d'après la tragédie".

Ryan et Matthew ont su faire passer des messages, des émotions dans cet album en usant donc d'images et de sons comme le faisait, précisent-ils, Debussy pour l'impressionnisme ou Coltrane pour le jazz. L'histoire de Ryan en Afghanistan est dans les silences, les notes, les mots, l'ensemble est philanthropique et d'une beauté absolue.
La musique adoucit les moeurs. Il serait de bon ton de passer Songs for Waiting dans les oreilles de pas mal de personnages aux éminentes responsabilités politiques (parait-il).
myspace.com/wearetheoaks

Aucun commentaire: