Translate

lundi 11 février 2008

Yeasayer


Les Yeasayer c'est une infinie descente dans les catacombes du folk, un peu hirokwa world musique, un peu de la Regent street qui rejoint Oxford Circus en passant par les appalaches et des poursuites psyché de Yamamomos.Leur opus et album en date all hour cymbals est sorti le 20 Octobre chez Monitor Records. Il y a une multitude de dates pour ceux qui ont des shoes de randonnée.Cet album est mystérieux, enigmatique, indiscernable.C'est comme une musique nouvelle et colorée, un genre assez intriguant, un "guide du musicard" déroutant.J'entends les voix de Black Hawk, grand chef indien, qui me transportent sur les vastes etendues du grand ouest, notamment à l'écoute du 1er titre Sunrise.Pourquoi pas, l'espace d'un instant se dire que oui, bon sang, ils ont leur propre style, une griffe, une patte, certainement une âme: Un calibre inclassable.On les qualifie de "Middle Eastern-Psych-Pop-Snap-Gospel". Parcequ'il y a des sonorités caucasiennes sur des synthés enervés qui croisent un tambourin répondant à un accordéon en transe sur des chants spirituels imprévisibles. Signe particulier du front man Chris Keating qui taquine son tambourin en passant dans le public lors des concerts.Le mieux est de les écouter, se les approprier en se laissant bercer sur les rythmes endiablés et les voix ensorcellées de ce jeune groupe américain formant "les 4 de Brooklyn" que nous reverrons surement à l'avenir.
myspace.com/yeasayer

Aucun commentaire: