Translate

dimanche 24 février 2008

Whitest Boy Alive


Je continue le tour de l'Europe en faisant une halte en Norvège avec le groupe phare des années 2000 les Kings of Convenience.
Rétrospective: Ils surgissent en pleine furie Nirvana et du renouveau rock que créent les Strokes. Ils débarquent en 1999 avec trois singles qui annoncent un album grandiose. Sur ces singles, les chansons Toxic et la reprise de A-ha, Manhattan Skyline ont des arrangements d'une pureté qui fait froid dans le dos. Ils apparaissent dans les festivals français, leurs guitares electro accoustic en main. Les deux compères, le brun Eirik Glambek Bøe et le grand à lunettes Erlend Øye si longtemps comparés à Simon et Garfunkel nous offrent en 2001 Quiet Is the New Loud. Les dés sont jetés. Les critiques sont unanimes. L'album est sublime. Les mélodies irréprochables nous font voyager dans un genre naif tout de cordes et d'accords vêtu. Les voix des deux jeunes hommes sont d'une clarté celeste.

Les Kings ne tardent pas à enregistrer Versus, 2001. Le phénomène est planétaire, des fans du monde entier s'arrachent leurs disques. Surprise, je discutais en 2003 avec des américains, venezueliens, vietnamiens, australiens sur le forum du groupe. Les melopées des deux troubadours norvégiens enflammaient le monde entier! Les quatre coins du monde attendaient Riot on an Empty Street sorti en 2004 avec impatience. Ce sera une ode au downtempo, un peu bossanova, le mouvement Renouveau accoustique est officiel grâce aux Kings.

5 ans plus tard, le bilan est plus que positif. Eirik et Erlend ont toutes les attentions, continuent leur petit bonhomme de chemin, écrivent des compos pop, où défilent trompettes, piano, trombone, banjo, violoncelle détonnant sur Cayman Islands notamment. La chanteuse Feist, amie de longue date du groupe, chante avec eux et co-écrit Know How et the Build-up.

Depuis Erlend Oye installé à Berlin est devenu un des meilleurs DJ sillonnant la planète, remixant leurs titres version electro pour Drop alors que Eirik, diplomé en psychologie, exerce sa profession en Norvège. Pendant ce temps, Erlend travaille à son projet et après un album solo Unrest en 2003, réapparait en 2006 en pop-accoustique avec Dreams sous le nom de Whitest Boy Alive.
Ce retour aux sources après un virage dans l'électro est fort réussi. The Whitest Boy Alive est en tournée, il semble bien qu'un nouveau King soit né! (en vidéo: Golden Cage)

whitestboyalive.com
kingsofconvenience.org

Aucun commentaire: