Translate

mardi 19 février 2008

Georges Delerue


Amoureuse de Bernstein et West Side Story, nourrie au petit lait Gershwin de Porgy and Bess, il existe un homme dans le domaine de la musique de film qui est cher à mes oreilles: Georges Delerue.
Il convient sans relâche de le nommer, l'écouter, le garder en mémoire.
Delerue a été notre plus grand compositeur classique français de musiques de films, un conducteur d'orchestres symphoniques hors normes (120 films!).
Né en 1925 (mort en 1992), il commence à écrire à 22 ans, un quator puis le Concertino pour trompette et orchestre à cordes et sa Symphonie Concertante pour lesquels il recevra très vite nombre de récompenses. Avec l'illustre Opéra de Nancy, il se lance à 30 ans dans l'opéra pour Boris Vian et Le Chevalier de neige d'après les chevaliers de la table ronde. En 1959, le voilà touché par le cinéma qui lui fait les yeux doux. Il compose alors la musique du film Hiroshima mon amour.

Le pieds à l'étrier, Georges composera pour Truffaut et Godard (la Nouvelle Vague). Il réalise des musiques de films époustouflantes, le Mépris, Jules et Jim, le Dernier Métro, puis Cartouche, le Corniaud, le Cerveau et son titre pop carnaby street, les Rois Maudits. La liste est belle, sa composition riche et ses oeuvres fleuries.

Mes préférées: 3 petites notes de musique, Le caprice de Marie, Le thème de Camille, La Nuit américaine.. contrairement à ce qu'a titré cet hiver le New-York Times magazine, la culture française n'a certainement rien à envier aux autres pays et s'exporte très bien, merci. Pour mémoire, Georges Delerue a gagné un Oscar pour la B.O de Platoon en 1979, à laquelle s'ajoute le splendide Adagio de Samuel Barber. Cette même année, il a compose la musique du spectacle "son et lumière" du Puy du Fou, après Lisieux en 1954. Le personnage est eclectique, passionnant. Pour ceux qu'il passionne aussi, sa vie est retracée dans le film de Kevin Russell pour la BBC Don't shoot the composer de 1965.

En extrait, le Thème de Camille, film Le Mépris de Godard reprise par le groupe Versaillais Air. Apparait sur la compilation Late night Tales le 11 septembre 2006.
Citation: " Je peux difficilement dissocier la musique de ma vie. Ce serait un suicide assuré. La musique englobe tout : la possibilité de s'évader, de rechercher la générosité des autres et la nôtre propre."
georges-delerue.com

2 commentaires:

Not Mr.Peanut, but not not Mr.Peanut a dit…

I love Georges Delerue!!!!!

Anonymous a dit…

he was fantastic!!!
mr Peanut, you have excellent taste ;-)
M-A